BFMTV

Le Français le plus recherché par Europol interpellé en Espagne

Europol diffuse, le 27 octobre 2020, la photo de François Di Pasquali, listé parmi "les fugitifs les plus recherchés d'Europe".

Europol diffuse, le 27 octobre 2020, la photo de François Di Pasquali, listé parmi "les fugitifs les plus recherchés d'Europe". - EUROPOL

François Di Pasquali, 48 ans, était recherché pour des faits de viol sur une octogénaire dans le centre-ville de Saint-Etienne en 2009.

Il était considéré comme le Français le plus recherché par Europol. François Di Pasquali a été interpellé mercredi soir en Espagne, a appris BFMTV de source policière confirmant les informations d'Europe 1. Cette arrestation met fin à quatre ans de cavale.

Les faits remontent à 2009 et le viol d'une dame âgée de 84 ans dans le centre-ville de Saint-Etienne. A l'époque, la victime ne peut donner un signalement de son agresseur. Ce dernier est toutefois confondu en 2012. Impliqué dans une affaire de violences conjugales, son ADN "matche" avec celui retrouvé sur l'octogénaire. Dans un temps, il nie les faits avant de reconnaître une relation sexuelle consentie, à l'initiative de la victime.

"Most wanted"

Mis en examen en juin 2012 pour le viol de la vielle dame, François Di Pasquali est remis en liberté en janvier 2013. Toujours installé à Saint-Etienne, il trouve un emploi de cuisinier dans un restaurant. Mais en juin 2016, il ne se présente pas devant la cour d'assises de la Loire, qui le condamne à dix ans de réclusion criminelle. Il était depuis cette date en cavale.

En octobre dernier, son visage faisait partie de ceux des 19 criminels les plus recherchés par Europol, les "Most wanted". La brigade nationale de recherche des fugitifs, chargée de sa traque depuis janvier 2020, a lancé cet appel à témoins afin d'affiner les pistes.

Installé près de Barcelone

François Di Pasquali est d'origine sicilienne, où il a gardé de nombreux liens, il est en couple avec une personne d'origine espagnole, autant d'endroits où se cacher. D'autant que les enquêteurs se sont heurté au silence de sa famille. Rapidement, l'appel à témoins a porté ses fruits et a permis aux policiers de mener mercredi matin une série de perquisitions dans la région stéphanoise chez les proches du fugitif.

Des agendas, cartes potales, notes ou encore des téléphones ont été saisis. Les proches de François Di Pasquali ont également été entendus. Forts de ces éléments, les enquêteurs ont acquis la certitude que le Français se trouvait au printemps dernier dans la région de Barcelone, de l'autre côté de la frontière.

Remise à la France

Les autorités espagnoles ont été immédiatement sollicitées. Une surveillance de l'adresse repérée par les enquêteurs français a été mise en place. Les policiers espagnols aperçoivent d'abord sa compagne, puis dans la soirée, vers 20 heures, François Di Pasquali qui est immédiatement interpellé. L'homme n'a pas changé, hormis quelques kilos en plus. Possédant un faux passeport italien, il a immédiatement reconnu sa véritable identité.

L'homme est désormais présenté devant un tribunal à Madrid, en vue de sa remise aux autorités françaises dans un délai de 40 jours. François Di Pasquali pourra, s'il n'accepte pas la peine prononcée par la cour d'assises de la Loire, bénéficier d'un nouveau procès, en sa présence cette fois-ci.

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV