BFMTV

Le domicile de Christophe Castaner en Provence "attaqué" par les gilets jaunes

-

- - Alain JOCARD / AFP

Une quinzaine de manifestants se sont donnés rendez-vous devant la demeure de Forcalquier, où résident l'épouse et la fille du ministre de l'Intérieur.

Le domicile de Christophe Castaner à Forcalquier, dans les Alpes-de-Haute-Provence, a été pris pour cible jeudi par les gilets jaunes, comme l'a confié le lendemain le principal intéressé dans un entretien au Midi Libre.

Interrogé sur le mouvement de contestation qui agite en ce moment la France, le ministre a épinglé les "violences, insultes, attaques racistes, antisémites, homophobes" qui ont émaillé la mobilisation des gilets jaunes depuis la semaine dernière. Avant de lâcher: "Ma maison personnelle à Forcalquier, où j’ai ma femme et ma fille, a été attaquée hier par les gilets jaunes".

Une quinzaine de manifestants se sont postés devant la demeure, selon une source proche de l'enquête. "Ils étaient là devant à faire des selfies, à poster des messages sur Facebook", a-t-il décrit.

"Insupportable", juge Castaner

Bien qu'il n'y ait pas eu de dégradations, une telle situation est "insupportable", pour le ministre.

"Qu’ils m’attaquent, qu’ils m’insultent, qu’ils trouvent que je sois nul, je l’entends... Mais qu’on ne touche pas à ce qui relève du privé."

La radio locale Alpes 1 rapportait jeudi que les manifestants s'étaient bel et bien installés devant le domicile du ministre de l'Intérieur à la mi-journée, mais dans une ambiance "bon enfant" et "purement pacifiste", selon l'un d'eux, qui évoquait plutôt une action "symbolique". Une photo postée sur les réseaux sociaux témoigne de ce moment.

Claire Rodineau