BFMTV

Le cardinal Barbarin annonce sa démission

Le cardinal Philippe Barbarin a été condamné ce jeudi matin à 6 mois de prison avec sursis pour "non-dénonciation" des abus sexuels du père Preynat. Il a fait appel de cette décision.

Quelques heures après avoir été reconnu coupable de "non-dénonciation" des abus sexuels du père Preynat et de ne pas avoir alerté les autorités judiciaires, le cardinal Barbarin a annoncé qu'il allait se rendre auprès du pape François pour lui remettre sa démission.

"Je prends acte de la décision du tribunal (...) j'ai décidé d'aller voir le Saint-Père pour lui remettre ma démission, il me recevra dans quelques jours", a déclaré de manière lapidaire le cardinal Barbarin, rappelant sa "compassion pour les victimes".

Ce jeudi matin, le tribunal correctionnel de Lyon a condamné à 6 mois de prison avec sursis le cardinal Barbarin pour ne pas avoir dénoncé les abus sexuels dont s'est rendu coupable le père Preynat, et ce alors qu'il en avait connaissance dès 2014. "Le message en plus dans la motivation d'aujourd'hui est extrêmement claire, a estime Me Jean Boudot, avocat de parties civiles. Lorsque l'on sait que des enfants ont été victimes, on doit dénoncer sans aucune autre considération." Les avocats du prélat ont annoncé leur intention de faire appel de cette condamnation.

"Coupable de rien"

Lors de son procès, aux côtés de cinq autres personnes, le cardinal Barbarin s'était défendu d'avoir voulu cacher les agissements du prêtre lyonnais, mis en examen en 2016 pour agressions sexuelles sur des mineurs, des enfants scouts dans les années 80-90. "Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu d’erreur mais je ne vois pas de quoi je suis coupable", avait-il estimé devant le tribunal. En 2014, une victime du père Preynat avait demandé à rencontrer le prélat pour évoquer les actes répréhensibles auxquels s'est livré le prêtre lyonnais. Il avait écarté qu'en 2015 pour "éviter le scandale public" comme l'avait demandé "Rome".

"A mon sens, un certain nombre d'arguments peuvent encore être opposé à cette décision, je veux simplement donner un exemple. Il y a dans cette affaire un mail d'une des victimes, qui me semble essentiel, qui a été envoyé au cardinal Barbarin quelques mois après le premier dépôt de plainte et qui dit 'je sais que vous êtes supporter de ma démarche judiciaire. On sait dans ce dossier que le cardinal Barbarin a encouragé la victime à déposer plainte", a fait valoir Me Jean-Felix Luciani, avocat du cardinal Barbarin.

La mobilisation de l'association La Parole Libérée avait en effet fait paraître au grand jour cette affaire. D'une première plainte, pour des faits prescrits, une centaine de témoignages s'était accumulée menant jusqu'à la mise en examen en 2016 du père Preynat. Son procès n'a toujours pas été audiencée.

Justine Chevalier