BFMTV
Police-Justice

Lagarde "en désaccord total" avec sa condamnation, selon son avocat

Patrick Maisonneuve, avocat de Christine Lagarde, ce lundi sur BFMTV.

Patrick Maisonneuve, avocat de Christine Lagarde, ce lundi sur BFMTV. - BFMTV

Reconnue coupable ce lundi de "négligence" dans l'arbitrage Tapie de 2008 mais dispensée de peine, la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde se dit "étonnée" et "en désaccord total" avec cette décision, a rapporté son avocat sur BFMTV.

"En désaccord total" avec la décision de la Cour de justice de la République (CJR) ce lundi, Christine Lagarde a "réagi dans un étonnement" après avoir appris cette nouvelle, a rapporté son avocat Patrick Maisonneuve sur BFMTV.

"Nous estimions que la décision de relaxe devait s'imposer à l'issue de ces débats", a-t-il ensuite déploré, alors qu'aucune peine n'a été prononcée à l'encontre de l'ex-ministre de l'Economie.

Maître Maisonneuve, qui ne peut faire appel après cette décision de la CJR, a affirmé "qu'aucune décision" n'avait été prise ce lundi soir sur un éventuel pourvoi en cassation.

"Cette jurisprudence est critiquable"

L'avocat, pour qui "cette jurisprudence est critiquable", a pointé du doigt les "risques" que la CJR pouvait entraîner "pour l'avenir et au-delà du cadre Lagarde".

"Tout décideur public, que ce soit le maire d'une grande ville, d'un département, d'une région, peut être amené à rendre des comptes sur une indulgence ou une imprudence (…), on est en train de dépasser une limite", a-t-il lancé.

Celui qui a rapporté les paroles de Christine Lagarde a également dénoncé "l'une des premières anomalies" de la CJR, qui est de ne pas "ouvrir la voie de l'appel" alors que François Bayrou aimerait qu'elle "disparaisse".

Julie Breon