BFMTV

La SNCF et la DB seront rejugées pour l'incendie du Paris-Munich

Le parquet de Nancy a fait appel du jugement condamnant un employé des chemins de fer allemands mais relaxant la SNCF et la Deutsche Bahn pour l'incendie du train Paris-Munich qui a fait douze morts le 6 novembre 2002. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Ke

Le parquet de Nancy a fait appel du jugement condamnant un employé des chemins de fer allemands mais relaxant la SNCF et la Deutsche Bahn pour l'incendie du train Paris-Munich qui a fait douze morts le 6 novembre 2002. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Ke - -

STRASBOURG (Reuters) - Le parquet de Nancy a fait appel du jugement condamnant un employé des chemins de fer allemands mais relaxant la SNCF et la...

STRASBOURG (Reuters) - Le parquet de Nancy a fait appel du jugement condamnant un employé des chemins de fer allemands mais relaxant la SNCF et la Deutsche Bahn pour l'incendie du train Paris-Munich qui a fait douze morts le 6 novembre 2002, a-t-on appris mercredi auprès du parquet.

Le ministère public avait requis 150.000 euros d'amende contre les deux compagnies ferroviaires et deux ans de prison avec sursis contre l'accompagnateur allemand du wagon-lit où le feu était parti d'un sac posé sur une plaque chauffante.

Dans son jugement prononcé le 16 mai dernier, le tribunal correctionnel a condamné le steward à un an de prison avec sursis mais relaxé les deux entreprises en estimant que les fautes qui leur étaient reprochées n'étaient pas avérées ou étaient sans lien direct avec le décès des passagers.

Plusieurs familles de victimes avaient déjà fait appel de la relaxe de la SNCF et de la DB concernant les dispositions civiles du jugement.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse