BFMTV

La SNCF et la DB relaxées pour l'incendie du Paris-Munich

La SNCF a été relaxée lundi pour l'incendie du train Paris-Munich qui a fait douze morts le 6 novembre 2002. La Deutsche Bahn, qui se voyait reprocher d'avoir fait circuler un wagon non conforme aux règles de sécurité, a été également été blanchie. Volker

La SNCF a été relaxée lundi pour l'incendie du train Paris-Munich qui a fait douze morts le 6 novembre 2002. La Deutsche Bahn, qui se voyait reprocher d'avoir fait circuler un wagon non conforme aux règles de sécurité, a été également été blanchie. Volker - -

NANCY (Reuters) - La SNCF et la Deutsche Bahn (DB), la compagnie des chemins de fer allemands, ont été relaxées lundi pour l'incendie du train...

NANCY (Reuters) - La SNCF et la Deutsche Bahn (DB), la compagnie des chemins de fer allemands, ont été relaxées lundi pour l'incendie du train Paris-Munich qui a fait douze morts le 6 novembre 2002.

Considéré par le tribunal comme le seul responsable direct de l'accident, Volker Janz, l'accompagnateur du wagon-lit allemand dans lequel était survenu le drame, a été condamné à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nancy.

Il se voyait reprocher d'avoir laissé une plaque chauffante allumée dans sa kitchenette, d'y avoir posé un sac et suspendu ses vêtements au-dessus, puis d'avoir eu une réaction inappropriée lorsqu'il a découvert le feu.

Le parquet avait requis deux ans de prison à son encontre et 150.000 euros d'amende pour les deux compagnies ferroviaires, prévenues avec lui d'homicides et blessures involontaires.

La Deutsche Bahn se voyait reprocher d'avoir fait circuler un wagon non conforme aux règles de sécurité.

La SNCF, responsable du train, était accusée de l'avoir accepté et de ne pas avoir prévu de système de communication entre ses wagons et la voiture allemande.

Tant l'employé que les deux compagnies avaient plaidé non coupable lors du procès qui s'est tenu en mars.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse