BFMTV

La Rochelle: un étudiant algérien s'est suicidé lundi sur le campus universitaire

L'université de La Rochelle (Photo d'illustration).

L'université de La Rochelle (Photo d'illustration). - Google Maps

Un étudiant algérien qui était en mobilité internationale s'est suicidé, ce lundi, sur le campus universitaire de La Rochelle.

Un étudiant algérien de 25 ans s'est suicidé lundi en se défenestrant d'une résidence universitaire du campus de La Rochelle Université, a appris mardi soir l'AFP par la police, qui n'a pas précisé les raisons de son geste.

"Il s'est jeté d'une fenêtre" d'une résidence étudiante gérée par le Crous, a indiqué à un correspondant de l'AFP le commissaire Eric Lortet, officier de communication à la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de la Charente-Maritime.

Un message envoyé à ses proches

"Il avait auparavant fait parvenir un message à un de ses proches pour annoncer" son geste, a-t-il poursuivi, précisant qu'une enquête a été ouverte.

Les possibles motivations de son passage à l'acte n'ont pas été précisées. Selon une source proche du dossier, l'étudiant, qui avait terminé son Master 1 d'informatique, était bien noté.

Interrogé par l'AFP, le président de l'université Jean-Marc Ogier, a expliqué que "l'étudiant avait eu des difficultés pour trouver un stage permettant de valider son Master 1", sans toutefois faire de lien avec les motivations du jeune Algérien.

Un étudiant en mobilité internationale

"Il avait fait une demande de dérogation pour poursuivre son cursus en Master 2", ce qui allait être accepté, a assuré Jean-Marc Ogier. "Il y a eu beaucoup de stages annulés à cause de la crise du Covid", a-t-il ajouté.

Son corps a été découvert lundi vers 6h30 par un employé du Crous, au pied de la résidence où il occupait une chambre, a-t-il précisé.

Le drame a été révélé par la rectrice de la région académique Nouvelle-Aquitaine, Anne Bisagni-Faure, qui a évoqué dans un communiqué "la tragique nouvelle du décès d'un étudiant de La Rochelle Université en mobilité internationale", sans plus de détails.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV