BFMTV

La justice annule la rétention de sûreté d'un homme condamné pour viols

BFMTV

La justice a mis un terme jeudi au placement provisoire en rétention de sûreté d'un homme présenté comme un pédophile à fort risque de récidive, le deuxième cas de placement de ce type en France depuis une loi de 2008 que la Garde des Sceaux souhaite supprimer, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

"La Juridiction régionale de sûreté (JRRS, ndlr) a mis fin hier (jeudi) au placement en centre de rétention de sûreté ordonné le 9 novembre 2012, mais a renforcé la surveillance de sûreté prononcée le 22 mai jusqu'au 22 mai 2014 par le placement sous surveillance électronique mobile", a indiqué à l'AFP le parquet général de la cour d'appel de Douai (Nord).

"La juridiction a suivi l'avis de la Commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté qui a considéré que le renforcement de la surveillance de sûreté par un placement sous surveillance électronique permettrait de mieux veiller au respect de ces interdictions et que le placement provisoire dont il avait fait l'objet devait lui permettre de comprendre l'intérêt qui est le sien de respecter à la lettre ses obligations", a-t-on ajouté de même source.

L'homme de 68 ans avait été condamné en 1997 à 18 ans de prison avec 12 ans de peine de sûreté pour viols de ses petits-enfants.