BFMTV

La hausse de la mortalité sur la route, conséquence du plan Vigipirate?

-

- - Un contrôle routier en octobre 2012, sur l'A31 (Photo d'illustration)

Conséquence du plan Vigipirate renforcé, les contrôles routiers auraient cessé en janvier et février, par mesure de sécurité pour les CRS, selon RTL. La direction de la police nationale dément.

L'augmentation du nombre de morts sur la route est-elle liée au plan Vigipirate? Selon le syndicat Alliance cité par RTL, après le passage au niveau "alerte attentat" lors des attentats de Paris en janvier, les CRS auraient reçu des consignes verbales de sécurité destinées à leur éviter toute prise de risque. Sur 14 sites, ils auraient donc cessé d'effectuer des contrôles routiers pendant près de deux mois, avant de reprendre il y a seulement une quinzaine de jours.

Des consignes dont l'Unsa et SGP-Police, deux syndicats policiers contactés par BFMTV.com, affirment ne pas avoir eu connaissance.

Le lien difficile à établir

De son côté, la direction de la police nationale dément avoir donné toute instruction, et affirme au contraire que plusieurs dizaines de milliers de verbalisations ont été effectuées sur les autoroutes depuis le début de l'année 2015. En outre, des consignes de sécurité aux CRS, comme le port du gilet pare-balles, ont été répétées aux policiers.

Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, estime elle aussi difficile d'établir un lien entre une éventuelle baisse des contrôles de police et une augmentation de la mortalité routière. Elle rappelle par ailleurs que "l'essentiel des accidents ont lieu sur les nationales et les départementales".

Jeudi 12 mars, l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière a révélé une hausse de 6,7% de la mortalité sur les routes en février 2015. "240 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en février 2015, contre 225 en février 2014", rappelle l'Observatoire.

A. K.