BFMTV

La cour d'assises du Jura acquitte un curé accusé du viol d'une paroisienne

L'église de Moirans-en-Montagne, dans le Jura, où le prêtre mis en cause par une paroissienne, officiait.

L'église de Moirans-en-Montagne, dans le Jura, où le prêtre mis en cause par une paroissienne, officiait. - -

Daniel Lagnien, l'ancien curé de Moirans-en-Montagne dans le Jura, a finalement été acquitté par la cour d'assises chargée de le juger pour un présumé viol d'une paroissienne.

L'ex-curé de Moirans-en-Montagne qui comparaissait depuis mercredi à huis clos pour viol et agressions sexuelles, a été acquitté par la cour d'assises du Jura. L'homme, âgé de 69 ans, était accusé d'avoir abusé d'une fidèle particulièrement vulnérable, une femme âgée de 39 ans et souffrant de troubles psychologiques et de problèmes physiques. Le père assure qu'il la pensait consentante.

Le ministère public avait requis 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, à l'encontre de Daniel Lagnien, l'ancien curé de Moirans-en-Montagne dans le Jura, estimant que sa culpabilité "ne faisait pas de doute" et que la victime "n'était pas consentante".

Des rapports sexuels avérés, mais deux versions opposées

En juin 2010, lors d'un pèlerinage en Isère, le prêtre avait fait des avances appuyées à cette femme dont la vie était centrée sur la religion, tentant de l'embrasser à plusieurs reprises en lui caressant les cuisses et le sexe.

Quelques jours plus tard, elle s'était rendue à la cure à Moirans-en-Montagne, pour clarifier la situation et lui dire son refus d'entretenir une relation. C'est là que le prêtre l'avait, selon elle, entraînée dans sa chambre et l'avait violée.

Le père Lagnien avait reconnu le viol lors de sa garde à vue. Il avait affirmé qu'il n'avait pas forcé sa paroissienne à avoir une relation sexuelle, la pensant consentante. Les faits ne s'étaient pas reproduits. L'accusé avait un casier judiciaire vierge.