BFMTV

L'ex-légionnaire à la tête de mort condamné pour un braquage

Pour avoir porté un foulard représentant une tête de mort, au Mali, en janvier 2013, le militaire avait été exclu de la Légion étrangère.

Pour avoir porté un foulard représentant une tête de mort, au Mali, en janvier 2013, le militaire avait été exclu de la Légion étrangère. - -

L'ancien militaire photographié au Mali, en janvier dernier, portant un foulard représentant une tête de mort, qui lui avait valu d'être exclu de la Légion étrangère, a été condamné à trois ans de prison avec sursis, ce vendredi, après le braquage à main armé d'une pharmacie, à Orange.

Un ancien légionnaire qui avait été photographié en janvier avec un foulard représentant une tête de mort, lors de l'opération française au Mali, a été condamné ce vendredi à trois ans de prison avec sursis pour avoir braqué avec une kalachnikov une pharmacie à Orange (Vaucluse), a indiqué le parquet.

L'ex-militaire, âgé de 36 ans, "s'est présenté dans une pharmacie mercredi dans la matinée pour obtenir un certain nombre de médicaments et n'ayant pas obtenu satisfaction, il a sorti une kalachnikov pour se faire remettre les produits", a indiqué le parquet de Carpentras, confirmant une information de Vaucluse Matin.

Dépressif et alcoolique

Interpellé dans la foulée à son domicile, très alcoolisé, il a été présenté vendredi en comparution immédiate et condamné à trois ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Carpentras, selon la même source. L'homme, un Polonais résidant en Suède, avait été exclu de la Légion étrangère après la diffusion d'une photographie le montrant le visage recouvert d'un foulard représentant une tête de mort, pour se protéger du sable, lors d'une opération de la France au Mali en janvier 2013.

Le cliché avait déclenché la colère de l'armée française. L'état-major avait alors estimé inacceptable le comportement du militaire. Il vivait depuis à Orange de ses économies et, devenu "dépressif, il avait sombré dans "l'alcoolisme et une médication à outrance", a précisé le parquet. Le psychiatre qui l'a examiné a conclu à une altération de son discernement.

L'ancien légionnaire du Régiment étranger de cavalerie d'Orange, qui avait "des états de service excellents et aucun antécédent judiciaire", doit retourner vivre en Suède prochainement.