BFMTV

L'assistant parlementaire d'un sénateur PS soupçonné d'apologie du terrorisme

Le Palais du Luxembourg, à Paris, où siège le Sénat, le 8 novembre 2016.

Le Palais du Luxembourg, à Paris, où siège le Sénat, le 8 novembre 2016. - LIONEL BONAVENTURE / AFP

Comme le révèle Le Canard enchaîné, le jeune homme aurait notamment diffusé des photos d'égorgement sur sa page Facebook.

C'est une nouvelle affaire embarrassante impliquant un attaché parlementaire, que révèle ce mercredi Le Canard enchaîné. D'après l'hebdomadaire, une enquête préliminaire a été ouverte le 25 janvier dernier sur des soupçons d'apologie du terrorisme, visant l'assistant d'un sénateur socialiste. Les investigations portent en particulier sur des soupçons de consultation de sites jihadistes et de propagation de thèses véhiculées par Daesh.

D'après Le Canard, une militante associative aurait découvert sur la page Facebook de l'assistant parlementaire des images d'égorgements, d'appel au jihad et des propos contre les "mécréants". Elle a alors alerté le sénateur travaillant avec le jeune homme. La page Facebook a ensuite disparu, avant d'être recréée, mais en langue arabe. La militante a alors décidé de faire un signalement aux autorités.

L'embarras du sénateur

L'hebdomadaire, qui a contacté le sénateur, évoque son "embarras". Il explique avoir recruté son assistant en sachant notamment qu'il avait des antécédents judiciaires, pour violences conjugales, indique Le Canard. "Je ne crois que ce que je vois", nuance l'élu, qui confirme aussi les investigations en cours auprès de l'AFP.

Comme le précise l'agence de presse, l'enquête a été ouverte par le parquet de Paris et les recherches ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP).

Charlie Vandekerkhove