BFMTV

"L'amour à mort": un livre retrace l'affaire Trintignant-Cantat

Bertrand Cantat, ex-chanteur de Noir Désir, a frappé à mort l'actrice Marie Trintignant. Dix ans plus tard, un livre retrace l'affaire.

Bertrand Cantat, ex-chanteur de Noir Désir, a frappé à mort l'actrice Marie Trintignant. Dix ans plus tard, un livre retrace l'affaire. - -

Un livre revient sur l'enchaînement fatal qui a conduit à la mort de l'actrice. Il dévoile également l'intégralité du message de Kristina Rady, l'ex-épouse du chanteur, avant son suicide.

L'affaire avait suscité une immense émotion. Le 26 juillet 2003, Bertrand Cantat se dispute avec sa compagne Marie Trintignant. Il la frappe, elle tombe dans le coma et ne se réveillera jamais. Près de dix ans plus tard paraît un livre, L'amour à mort, qui retrace l'affaire.

A paraître mercredi aux Editions de l'Archipel, ce livre est le fruit d'une longue enquête des journalistes Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard, indique l'éditeur.

"Ce cauchemar que Bertrand appelle l'amour"

Il revient également sur les relations entre Bertrand Cantat et son ex-épouse Kristina Rady. Le 10 janvier 2010, elle se suicide, sans mettre en cause le mari qu'elle n'avait cessé de défendre. Mais dans un message de détresse laissé sur le répondeur de ses parents dont ce livre dévoile pour la première fois l'intégralité, elle ne cachait pas "l'enfer" que lui faisait vivre le père de ses enfants, "ce cauchemar que Bertrand appelle l'amour".

Les deux journalistes ont eu accès aux comptes-rendus d'auditions et interrogatoires des témoins clés, ainsi qu'aux dossiers de la police lituanienne et de la brigade criminelle de Paris, et ont rassemblé de nombreux témoignages, selon l'éditeur. Ils s'interrogent aussi sur les conditions de la libération conditionnelle de prison de Bertrand Cantat en 2007.

Stéphane Bouchet, reporter au Parisien en 2003, fut le premier journaliste français présent à Vilnius au lendemain des faits. Frédéric Vézard, également reporter au Parisien à l'époque, a couvert l'affaire, assistant notamment au procès de Cantat en Lituanie.

A. K. avec AFP