BFMTV

"Jungle" de Calais: poursuite de la garde à vue de deux No border

BFMTV

Deux militants d'ultra-gauche No border interpellés lundi au cours de heurts lors du démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais étaient toujours en garde à vue mardi, a indiqué le parquet de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

"Sur les trois interpellations, j'ai estimé pour la première que l'infraction ne pouvait pas être retenue et j'ai remis la personne en liberté car c'est le rôle protecteur des libertés du parquet", a indiqué Jean-Pierre Valensi, procureur de la République de Boulogne-sur-Mer. "Concernant les deux autres interpellations, les gardes à vue se poursuivaient mardi. On leur reproche des dégradations par incendie", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agissait d'une Allemande et d'un Anglais.

Quatre jours après une décision de justice validant l'évacuation de la moitié sud de ce bidonville - qui abrite entre 800 et 1.000 migrants selon la préfecture, 3.450 selon les associations - l'État en a entamé lundi le démantèlement dans un climat tendu qui a dégénéré en heurts avec la police dans l'après-midi. Les No Border constituent une mouvance, plus ou moins clandestine, de militants radicaux, luttant pour l'abolition des frontières, née au début des années 2000 et actuellement très présente à Calais.
V.R. avec AFP