BFMTV

Jeune éborgné par un Flash Ball à Nantes, le policier relaxé

-

- - -

Le tribunal correctionnel de Nantes a rendu son jugement ce mardi. Le policier accusé d’avoir éborgné un adolescent de 16 ans avec son flash Ball en 2007 a été relaxé.

L’homme était bien à l’origine du tir, mais selon le tribunal sa responsabilité pénale ne peut être engagée. La victime dénonce l’impunité dont bénéficient les forces de l’ordre, et a affirmé qu’il continuerait les poursuites.

Lorsqu’il tire sur un lycéen de 16 ans avec son arme de type flash ball, le policier ne fait qu’exécuter un ordre donné par sa hiérarchie. Sa responsabilité pénale n’est donc pas engagée. Le jeune homme qui a perdu un œil à cause du tir est écœuré par la décision du tribunal correctionnel. Et ne compte pas en rester là.

Selon l’avocat du policier, sa hiérarchie assume pleinement les ordres donnés ce jour-là, le 27 novembre 2007, devant le rectorat de Nantes. Le rétablissement de l’ordre public peut engendrer des dommages collatéraux, dit-il. Mais la victime dénonce surtout les moyens utilisés par la police. Les gomme cogne ou flash-ball ont gravement blessé plusieurs autres personnes ces dernières années. Lors de l’audience le 7 mars dernier. Une manifestation de soutien aux personnes mutilées par ces armes d’impact avait été organisée.