BFMTV

Jean-Marc Reiser apparaissait comme "quelqu'un de rassurant" selon son ex-avocat

Jean-Marc Reiser est le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan.

Jean-Marc Reiser est le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan. - AFP

Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan, a été condamné à deux reprises ces deux dernières années dans une affaire de cambriolage et de recel d'objet volé. Il devait bénéficier d'un aménagement de peine prochainement.

Le passé judiciaire de Jean-Marc Reiser se précise. Le principal suspect dans la disparition, à Strasbourg, de Sophie Le Tan, cette étudiante de 20 ans qui n'a plus donné signe de vie depuis le 7 septembre, a été condamné à deux reprises ces deux dernières années. Il devait d'ailleurs bénéficier d'un aménagement de peine prochainement.

En 2016, Jean-Marc Reiser a été condamné à huit mois de prison, dont quatre avec sursis et mise à l'épreuve, pour une tentative de cambriolage dans une clinique vétérinaire, près de Strasbourg. "Il a indiqué qu’il était dans le besoin et qu’il recherchait d’un peu d’argent pour s’alimenter. Personne n’avait remis en cause ces explications. Ce n’était pas l’objet des débats à cette époque", rappelle Me Emmanuel Spano, son avocat à l'époque. Un an plus tard, il est condamné une nouvelle fois pour "recel d'objets volés" après la découverte à son domicile d'affaires à la provenance douteuse.

"Tout à fait courtois"

C'est pour cette seconde condamnation à cinq mois de prison ferme que Jean-Marc Reiser devait profiter d'un aménagement de peine. "L’ensemble des services judiciaires est intervenu dans le suivi de monsieur Reiser ces deux dernières années, et partage à mon sens le même point de vue que le mien, c’est-à-dire que monsieur Reiser présentait au grand jour un profil de quelqu’un de rassurant, de calme, de courtois, d’assez cultivé", avance son avocat, qui l'a accompagné dans ces deux affaires.

"La personne que j’ai connue et côtoyée professionnellement était quelqu'un de tout à fait courtois, pas nerveux, pas colérique, pas violent, décrit Me Spano. La personne que j'ai eue en face de moi ne me paraissait pas inquiétante."

Jean-Marc Reiser a été mis en examen mardi pour "assassinat, enlèvement et séquestration" dans l'enquête sur la disparition de Sophie Le Tan. Du sang de la jeune femme a été découvert au domicile de l'homme de 58 ans. Un autre ADN féminin a été retrouvé par les enquêteurs chez le suspect. Les policiers soupçonnent ce dernier, acquitté au bénéfice du doute en 2001 dans le cadre d'une autre affaire de disparition, d'avoir commis plusieurs crimes. "Monsieur Reiser n’a jamais été condamné pour meurtre, je crois que c’est prématuré de parler de serial killer", tranche son ancien avocat.

Justine Chevalier