BFMTV

Disparition de Sophie Le Tan : un suspect au profil inquiétant mis en examen

Le quinquagénaire a été mis en examen lundi soir dans le cadre de la disparition de Sophie Le Tan. Le profil du suspect, déjà condamné en 2003 à 15 ans de prison pour deux viol, inquiète.

Un homme a été mis en examen lundi soir pour assassinat, enlèvement et séquestration dans le cadre de la disparition de Sophie Le Tan, le 7 septembre dernier près de Strasbourg. Ce matin-là, la jeune femme devait visiter un appartement à Schiltigheim. Elle n'a, depuis, plus jamais donné de signe de vie. Deux jeunes filles ont rapporté à la police avoir répondu, comme Sophie Le Tan, à une petite annonce concernant un appartement à louer dans le même secteur de la banlieue de Strasbourg. Mais leur interlocuteur ne s'était pas présenté au rendez-vous. Les investigations et témoignages ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu’à Jean-Marc Reiser, 58 ans.

Le suspect attirait ses victimes sur sa "zone de chasse", a détaillé lundi le directeur régional de la police judiciaire du Grand Est, Christophe Allain, lors d’une conférence de presse. "Pour ne pas se faire remarquer, il restait très flou sur la localisation de l'appartement. Il utilisait "des moyens de téléphonie permettant de garantir l'anonymat", détaille Christophe Allain, évoquant "un profil compliqué".

Condamné à 15 ans de prison pour deux viols

Sans profession, Jean-Marc Reiser vit seul à Strasbourg. L'homme au physique "imposant" est un "solitaire", selon les déclarations faites à l'AFP par l'une de ses voisines qui assure: "On ne savait rien du tout de son passé judiciaire". Pourtant, son casier judiciaire est chargé. Sorti de prison en 2012, le quinquagénaire avait été condamné en mai 2003 en appel à 15 ans de réclusion criminelle pour deux viols, dont un aggravé sous la menace d'une arme, en 1995 et en 1996.

Plus que son passé judiciaire, c'est son "profil" qui attire l'attention des enquêteurs. Dans l'affaire qui lui avait valu sa première condamnation, Jean-Marc Reiser avait été interpellé en 1997 lors d'un contrôle de routine des douaniers. Dans son véhicule avaient été découverts un arsenal d'armes de poing, un fusil à pompe, des cagoules et des stupéfiants ainsi que des photos pornographiques. Avant sa condamnation aux assises, il avait également tenté de s'enfuir du palais de justice de Besançon lors d'une audience de la cour d'appel qui examinait sa demande de mise en liberté, à l'été 2000, et avait été condamné pour cela à huit mois ferme.

Enfin, l'homme a été acquitté en 2001 dans une autre affaire : la disparition en 1987 de Françoise Hohmann, 23 ans, dont le corps n'a jamais été retrouvé, ont rappelé les Dernières Nouvelles d'Alsace. La jeune femme était représentante de commerce et le dernier client à qui elle avait rendu visite avant sa disparition, dans le quartier de Hautepierre à Strasbourg, était Jean-Marc Reiser.

Du sang retrouvé dans l'appartement du suspect

17 ans plus tard, la disparition de Sophie Le Tan fait de nouveau peser de lourds soupçons sur Jean-Marc Reiser. Une perquisition effectuée dans son appartement a révélé "l'existence de traces de sang, malgré manifestement un nettoyage en profondeur et très récent des lieux", dont l'ADN a été "attribué à Sophie Le Tan", a déclaré le procureur de la République de Strasbourg. Le suspect a pour l’instant "fait le choix de ne répondre à aucune question" concernant cette disparition.

Par ailleurs, un deuxième ADN a été découvert au domicile du suspect. Les policiers ne savent encore pas à qui il appartient mais affirment qu'il s'agit d'un ADN féminin. Les enquêteurs ont désormais la conviction d'avoir affaire à un tueur en série qui avait mis en place un stratagème pour attirer ses proies.

Sophie Le Tan, étudiante à l'Université de Strasbourg, a disparu le 7 septembre et n’a toujours pas été retrouvée. Les enquêteurs continuent leurs recherches tandis qu'une battue citoyenne a été organisée ce jeudi à Bishheim.

Ambre Lepoivre