BFMTV

Isère: un directeur d'école accusé de viols, une enquête administrative ouverte

Soupçonné de viols sur des très jeunes élèves, un professeur des écoles de l'Isère a été placé en garde à vue. Il avait déjà été condamné en 2008 pour recel d'images pédopornographiques, mais sans interdiction de travailler dans le milieu éducatif.

Le directeur d'une école primaire à Villefontaine, en Isère, a passé la nuit en garde à vue. L'homme, père de famille de 45 ans, et par ailleurs instituteur dans une classe de CP, est soupçonné de viols répétés sur plusieurs enfants scolarisés dans l'établissement. Lundi, lors de la perquisition de son domicile, les enquêteurs ont en outre découvert une clé USB contenant un film et des images à caractère pédopornographique.

La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem a décidé mardi de diligenter une enquête administrative, en parallèle de l'enquête judiciaire. Elle a été confiée à l'inspection générale de l'administration de l'Education nationale.

Le directeur d'école déjà condamné en 2008

Tout a commencé grâce aux témoignages similaires de deux fillettes de six ans, qui ont rapporté à leurs parents, avec leurs mots d'enfant, des pratiques de fellation sur leur instituteur. Les faits se seraient notamment déroulés lors d'ateliers du goût organisés en classe par le suspect entre décembre et mars dernier, explique à BFMTV Matthieu Bourrette, procureur de la République de Vienne. "Durant ces ateliers, il aurait proposé à des enfants de leur bander les yeux pour leur faire avaler et ingérer un certain nombre de choses qu'ils devaient reconnaître. Les deux petites filles auraient décrit quelque chose qui pourrait s'apparenter à un sexe", précise le magistrat.

Interpellé, le directeur de l'école a nié catégoriquement les faits. L'homme n'est pas inconnu des services judiciaires. En 2008, ce professeur des écoles avait déjà été condamné à six mois de prison avec sursis pour recel d'images à caractère pédopornographique, avec obligation de soins et mise à l'épreuve. Mais aucune interdiction d'exercer un travail avec des enfants n'avait été prononcée, selon les premiers éléments de l'enquête.

L'inspection d'académie ignorait son passé judiciaire

Jointe par BFMTV, la direction académique des services de l'éducation nationale explique n'avoir jamais été informée de cette condamnation dans la Drôme lors de l'arrivée du professeur en Isère, peu après, en 2008. Elle a découvert seulement lundi son casier judiciaire. "Il n'y avait rien dans son dossier concernant cette condamnation", regrette Dominique Fis, l'inspectrice d'académie de l'Isère.

Le directeur, nommé en septembre dernier dans cette école, avait changé trois fois d'établissement ces trois dernières années, selon nos informations.

Dans l'Isère, les habitants abasourdis

A Villefontaine, les parents sont bouleversés. Lundi soir, ils se sont spontanément rassemblés devant l'école primaire dirigée par le suspect. "Comment vais-je expliquer à ma fille, qui a 7 ans, ce qu'il s'est passé à l'école? D'autant que je pense que ça a pu se passer sur d'autres enfants, qui ont peur aujourd'hui de dire la vérité, ou d'expliquer à leurs parents ce qu'il s'est passé", résume un père de famille, rencontré par BFMTV.

Raymond Feyssaguet, maire de la commune, est tout aussi abasourdi. "Ce n'était pas quelqu'un de soupçonnable, de connu pour tel ou tel penchant. Rien ne laissait présager de tels soupçons." Une cellule psychologique a été mise en place dans l'école, et un remplaçant a été immédiatement nommé dans la classe de CP.

A. G. avec Florent Bonnard