BFMTV

Isère: des chevaux destinés à la pension terminent à l'abattoir

200 équidés auraient été conduit à l'abattoir (image d'illustration)

200 équidés auraient été conduit à l'abattoir (image d'illustration) - Ludovic Marin - AFP

Un trio, mis en examen, rachetait des chevaux à leurs propriétaires en leur promettant de les conduire en pension. Mais les animaux étaient en réalité conduit à l'abattoir.

Leurs chevaux devaient tranquillement achever leur vie en pension. Mais ils ont fini dans une boucherie. Le Parisien revient sur une affaire d’escroquerie qui a conduit à la mise en examen de trois personnes, par le tribunal de Marseille.

Ils "allaient finir leur vie tranquillement"

Tout commence sur Internet. Deux pères et le fils de l’un d’eux contactaient des propriétaires de chevaux, notamment sur Le Bon Coin, pour les racheter.

"Ces derniers assuraient qu’ils allaient finir tranquillement leur vie en tenant compagnie à des vieilles juments ou des jeunes poulains", confie une source proche de l’enquête au Parisien.

Une viande impropre à la consommation

Le trio est soupçonné d’avoir conduit ces chevaux à l’abattoir et monté un trafic de viande impropre à la consommation. Toujours selon le quotidien, "plusieurs anomalies" sur la traçabilité des bêtes ont été signalées par le vétérinaire d’un abattoir de Narbonne, fin 2013. Identifiés, les animaux avaient tous été amenés par l’entreprise "Espace France Cheval", située dans l’Isère. Revendues à des bouchers, ces carcasses "n’auraient jamais dû se retrouver dans la chaîne alimentaire"..

Au total, l’escroquerie concernerait 200 équidés. Ils auraient été achetés à des particuliers mais aussi des centres équestres et des marchands de chevaux. Huit personnes ont été arrêtées, les trois suspects mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" ont été placés sous contrôle judiciaire et remis en liberté.

M.L.