BFMTV

Isabelle Balkany se dit "bouleversée, meurtrie, triste et inquiète" après le départ en prison de son mari

Isabelle Balkany a confié sa première réaction à BFMTV, après la condamnation vendredi de son mari à quatre ans de prison ferme, avec incarcération immédiate. L'entretien sera à retrouver en intégralité à 19h sur notre antenne.

Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, 71 ans, a été condamné ce vendredi pour fraude fiscale à quatre ans de prison avec incarcération immédiate. "Je suis évidemment bouleversée, meurtrie, triste et inquiète pour l'homme que j'aime depuis 43 ans", a déclaré sur notre antenne Isabelle Balkany, première adjointe à la mairie.

Isabelle Balkany confie qu'elle et son mari ont déjà commis des fautes "comme tout le monde quand nous étions jeunes élus, par ignorance etc... Nous avons toujours assumé", affirme-t-elle, plaidant des "circonstances familiales exceptionnelles" et que l'argent dont il est question n'est, en aucun cas, "de l''argent public" 

"Une immense souffrance" et "une injustice"

Face à la condamnation de son mari, elle dit avoir ressenti "une immense souffrance" et "une injustice", notamment en raison de son incarcération immédiate. Le mandat de dépôt est un ordre donné par un juge pour envoyer directement en détention une personne condamnée à de la prison ferme.

"Je pensais que l'on plaçait sous mandat de dépôt quelqu'un qui représentait éventuellement un danger pour l'ordre public, ou qui pourrait quitter la France subitement, ce n'est évidemment pas le cas de mon époux", assure-t-elle.

"Un pépin de santé"

"Je suis ulcérée, brisée mais je suis aussi très inquiète", a par ailleurs témoigné Isabelle Balkany. "Mon mari, qui est digne et orgueilleux, n'a pas voulu dire qu'il avait un pépin de santé. Il a fini aux urgences avec une perfusion de morphine." Sans préciser ce dont souffre Patrick Balkany, sa femme a par ailleurs précisé vouloir le voir rapidement afin de lui apporter "des médicaments". 

Elle-même a été condamnée à trois ans de prison ferme mais sans mandat de dépôt, le tribunal tenant compte de son état de santé au moment du procès. Elle n'y avait pas assisté, convalescente après une tentative de suicide début mai. "On vient de faire quelque chose de complètement injuste à mon mari. Mais j'ai retrouvé et je retrouverai la force de combattre. Je le ferai avec les Levalloisiens qui nous soutiennent", a t-elle conclu, assurant que les Balkany seraient présents aux prochaines élections municipales.

Salomé Vincendon