BFMTV

Interdiction d'un rassemblement jugé en soutien à Mickaël Harpon: la garde à vue de l'organisateur levée

Image d'illustration d'un policier.

Image d'illustration d'un policier. - AFP

L'organisateur du rassemblement jugé en soutien à Mickaël Harpon a été placé en garde à vue mercredi pour "menaces et outrages", selon nos informations. Une garde à vue levée dès le lendemain.

Hadama Traoré, l'organisateur de la manifestation interdite à Gonesse (Val-d'Oise), a été placé en garde à vue mercredi soir, d'après des sources concordantes à BFMTV. Cette garde à vue a été levée jeudi, nous a fait savoir le parquet, afin que l'enquête puisse se poursuivre dans un cadre préliminaire notamment pour exploitation des données numériques.

Président de l'association "Force citoyenne 93", il a été placé en garde à vue pour "menaces et outrages" après avoir voulu organiser un rassemblement jugé en soutien à Mickaël Harpon. La sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis a été chargée de l'enquête. Des perquisitions ont eu lieu à son domicile, à Aulnay-sous-Bois.

"Infamie", "insulte à la mémoire des policiers"

La manifestation, qualifiée "d'infamie" et "d'insulte à la mémoire des policiers" par Christophe Castaner, a été interdite plus tôt dans la journée par un arrêté préfectoral. Le préfet du Val-d'Oise, Amaury de Saint-Quentin, estime que les déclarations de l'organisateur sur les réseaux sociaux laissent penser à une manifestation de soutien au tueur de la préfecture, à l'origine de quatre morts jeudi dernier.

Sur une publication Facebook, Hadama Traoré invitait à se réunir pour "rendre hommage aux policiers assassinés, dénoncer la désinformation médiatique et politique, exiger la vérité et faire un appel à témoins."

"Insurrection"

Dans son arrêté, le préfet explique que l'événement pourrait créer un "trouble à l'ordre public". "Toute infraction sera réprimée", aussi bien pour les organisateurs que pour les participants, a-t-il indiqué.

"Lorsque le gouvernement bafoue tes droits, la population a le devoir de l'insurrection. La révolution est en marche et personne ne pourra l'arrêter", a répondu aux autorités Hadama Traoré, dans une nouvelle publication sur sa page Facebook en fin de journée.

Mélanie Vecchio