BFMTV

Incidents devant un lycée à Strasbourg: trois interpellations et des dégradations

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Christophe Archambault / AFP

Une centaine de jeunes ont tenté de bloquer un lycée à Strasbourg, occasionnant au passage des dégradations. Trois mineurs ont été interpellés et une plainte va être déposée par le chef de l'établissement.

Trois mineurs ont été interpellés mercredi matin lors d'un rassemblement devant un lycée, à Strasbourg, au cours duquel des dégradations ont été commises et un véhicule incendié, a-t-on appris de source policière. Les trois jeunes, âgés de 16 ans, ont été interpellés pour "participation à un groupement en vue de commettre des violences et des dégradations", selon la même source.

Un blocage du lycée ni politique ni syndical

A 8 heures, une centaine de lycéens se sont rassemblés devant le lycée Couffignal, situé dans le quartier de la Meinau, dans le sud de la ville. Une voiture a été incendiée, l'abri d'un arrêt de tramway brisé et des véhicules stationnés aux abords du lycée dégradés.

"La manifestation a été annoncée la veille" sur un réseau social et le message demandait aux participants d'apporter "explosifs, pétards et fumigènes" pour "un blocus" de l'établissement, a ajouté la source policière, qui ignorait quel était le motif de la manifestation.

"Il n'y avait aucune référence ni politique ni syndicale, semble-t-il. C'était un appel à un blocage" lancé par des jeunes qui n'étaient pas tous scolarisés dans l'établissement, a indiqué à l'AFP la rectrice de l'académie de Strasbourg, Sophie Béjean.

Réouverture accompagnée des forces de l'ordre

"Une plainte sera déposée par le chef d'établissement et nous l'accompagnerons dans sa démarche", a-t-elle ajouté. Le directeur du lycée et une équipe mobile de sécurité étaient présents mercredi matin avec les forces de l'ordre à l'ouverture des portes de l'établissement. "Les élèves, les professeurs ont pu entrer normalement et les cours se sont déroulés normalement", a précisé Sophie Béjean.

"C'est un lycée qui accueille un public parfois très contrasté, d'origine sociale défavorisée en partie", mais cet établissement, situé "dans un quartier difficile de Strasbourg, n'est pas un lycée qui a connu des violences", a ajouté la rectrice. Peu après 10 heures, il n'y avait plus de jeunes devant l'établissement et des policiers ont effectué des prélèvements sur des véhicules dégradés. La circulation du tramway a été momentanément interrompue. 

J. G. avec AFP