BFMTV

Incendies à Argelès-sur-Mer: les feux maîtrisés, les 2700 vacanciers ont pu retrouver leur camping

Onze départs de feux qui se sont déclarés ce lundi dans les Pyrénées-Orientales. Les vacanciers des campings alentours ont été évacués par mesure de précaution.

Plus de 2 700 vacanciers ont été évacués ce lundi de trois campings dans la station balnéaire d'Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) à la suite d'un feu de broussailles attisé par des vents violents, ont indiqué les pompiers à un correspondant BFMTV présent sur place. Les vacanciers ont été accueillis dans trois sites à Argelès-sur-Mer, dont deux gymnases. Aucun blessé n'est à déplorer, selon les services de l'Etat et l'incendie était, ce mardi matin, maîtrisé. 

Un feu d'origine indéterminée

Le feu, d'origine indéterminée, s'est déclaré peu avant 14H00, ont indiqué les pompiers, précisant que deux Canadairs et une trentaine de véhicules avaient été déployés. Les flammes étaient portées par des rafales de plus de 70 km/h. Vers 20H00 le feu était maitrisé, selon notre envoyé spécial. "Au total, ce ne sont pas moins de 11 départs de feux qui ont été enregistrés" dans le département, notamment un dans le massif de Rivesaltes, ont détaillé les pompiers.

Onze départs de feux ont été enregistrés dans le département
Onze départs de feux ont été enregistrés dans le département © Capture d'écran

Tous les vacanciers en sécurité

La station d'Argelès-sur-mer, souvent surnommée la "capitale du camping", voit sa population passer en été de 10.000 à 150.000 personnes. Au camping Le Dauphin, pouvant accueillir plus de 1.000 personnes, "tous les clients ont été évacués, ils sont tous en sécurité dans les zones déterminées par les pompiers. Nous n'avons aucun dégât matériel ou physique", a souligné une responsable du camping qui n'a pas voulu s'identifier.

Au camping La Sirène, une réceptionniste a indiqué qu'en milieu d'après-midi, il n'y avait pas eu de consigne officielle d'évacuation. "Nous avons mobilisé notre personnel pour être prêts", a ajouté cette employée Margot, précisant que le feu semblait se calmer. "Nous ne voyons presque plus de fumée".

L'incendie, sur une route qui mène à la mer, a débuté dans un espace naturel composé de broussailles, selon le maire Antoine Parra et le secteur a été coupé à la circulation. Le maire d'Argelès-sur-Mer a assuré sur BFMTV ce lundi soir que les vacanciers allaient pouvoir "retrouver leur lieux de vacances dans les heures qui viennent".

Pour éviter des départs de feux dans ces régions qui y sont particulièrement propices en été, ce dernier a appelé les vacanciers à respecter des règles simples notamment lors de randonnées, comme ne pas jeter de mégots ou organiser de barbecues.

300 pompiers sont toujours mobilisés pour éteindre le feu
300 pompiers sont toujours mobilisés pour éteindre le feu © Capture d'écran BFMTV

300 pompiers mobilisés

Au total plus de 300 pompiers ont été mobilisés sur place ce lundi. Aucun blessé n'est à déplorer et aucune habitation n'est menacée, a précisé notre envoyé spécial.

Si les multiples départs de feu ont tous été maitrisés, un chef des pompiers a indiqué à BFMTV que des foyers résiduels persistaient ce lundi soir. Les pompiers devraient passer la nuit sur place de manière préventive.

Selon le maire d'Argelès-sur-Mer, le feu est en passe d'être maitrisé
Selon le maire d'Argelès-sur-Mer, le feu est en passe d'être maitrisé © Capture d'écran BFMTV

La circulation a également été interrompue dans la journée sur la D611, léchée par les flammes. Attisé par un vent violent, le feu avait pris dans une pinède au-dessus du hameau de Villerouge-la-Crémade, dans les Corbières.

Selon Jérôme Lecou, prévisionniste Météo France, à BFMTV, le vent va continuer à souffler sur la région ce lundi soir: "Aujourd'hui à Argelès on avait un régime de tramontane bien établi avec des rafales qui dépassaient les 70km/h (...) Il faudra attendre le milieu de la nuit pour avoir une accalmie", a-t-il expliqué.

Mardi le vent devrait changer de direction, a conclu le prévisionniste, assurant que les rafales de vent "allaient très nettement baisser en intensité".

Manon Fossat avec AFP