BFMTV

Incendie d'un camp de Roms à Bobigny: l'appel au secours de la maire

-

- - -

Les pompiers ont retrouvé le corps sans vie d'une fillette de 8 ans, mercredi à Bobigny, après l'évacuation matinale d'un camp de Roms consécutive à un incendie. La maire, Catherine Peyge, appelle l'Etat à prendre en charge les familles sinistrées.

Catherine Peyge, maire communiste de Bobigny, a saisi les services de l'Etat immédiatement après l'incendie qui a ravagé la moitié d'un campement de Roms mercredi matin dans cette ville de Seine-St-Denis, et au terme duquel une fillette de 8 ans a été retrouvée morte.

Catherine Peyge demande au préfet d'appliquer la circulaire 26 août 2012, qui précise le cadre de l'action de l'Etat en cas d'évacuations de campements illicites, afin "qu'il n'y ait aucune expulsion sans proposition de relogement".

La maire de Bobigny attend donc des services de l'Etat qu'ils jouent pleinement leur rôle dans le relogement de ces familles. Elle fustige au passage "la chasse aux Roms" menée dans le pays, qui conduit selon elle à "accentuer la précarité" de ces personnes. Elle souhaite également que ce drame permette de mettre fin aux bidonvilles qui poussent régulièrement dans les agglomérations.

Le deuxième incendie depuis avril

C'est la deuxième fois qu'un incendie survient sur ce campement de Bobigny. La première fois, en avril dernier, le sinistre s'était révélé mineur, mais ce mercredi martin, les pompiers dépêchése sur les lieux ont découvert le corps sans vie d'une petite fille âgée de 8 ans. L'origine du sinistre est pour l'heure inconnue.

La moitié des 1.000 mètres carrés de ce campement a été ravagée par les flammes. Lieu de vie de quelque 200 Roms, ce terrain est constitué d'un alignement de petites cabanes précaires. Les familles, évacuées pendant les opérations de secours, ont été autorisées à la mi-journée à retourner sur le camp pour récupérer les affaires épargnées par les flammes.

A.M avec Benjamin Dubois et Mélanie Bertrand et Pierre Caillé