BFMTV

"Il ne méritait pas une mort pareille": les proches du mineur tué à Bondy témoignent

L'adolescent a été tué par balle vendredi vers 17 heures, à Bondy, alors qu'il se trouvait à l'intérieur d'une maison de quartier.

"Il ne méritait pas une mort pareille." L'un des oncles de l'adolescent de 15 ans tué vendredi à Bondy, en Seine-Saint-Denis, a fait part de son émotion ce samedi au micro de BFMTV.

"Il était très naïf", a exprimé Sid-Ali Menana, ému, sur notre antenne. "Il ne méritait pas une mort pareille. Toutes les personnes qui le connaissaient sont extrêmement choquées."

"C'était un super garçon"

Le garçon tué, prénommé Aymen, était passionné de boxe. Il s'était qualifié il y a quelques semaines pour les championnats de France de la discipline. Son entraîneur, Christophe Hamza, le décrit comme un adolescent gentil et "toujours là pour l'aider".

"A l'entraînement, il arrivait dans les premiers et il partait toujours le dernier parce qu'il m'aidait à porter les sacs. C'était un super garçon. Ce qui est arrivé est horrible", explique-t-il sur notre antenne.

Dans un message posté sur Facebook, ce dernier s'est aussi dit "consterné", "abattu", "en colère" car la vie de l'adolescent "s'est arrêtée un vendredi, à l'heure à laquelle il était censé s'entraîner à la boxe". Il a rappelé qu'en période de pandémie, les "clubs sont fermés depuis des mois" et les "enfants tournent en rond".

L'adolescent a été tué par balle vendredi vers 17 heures, à Bondy, alors qu'il se trouvait à l'intérieur d'une maison de quartier. Selon une source policière, deux individus étaient arrivés à scooter, l'un avait mis pied à terre et avait tiré sur l'adolescent. Puis les deux personnes avaient pris la fuite.

D'après différents témoignages recueillis dans le quartier du mineur, "une dispute" entre la victime et un jeune homme se serait produite avant le drame. Ce samedi, deux personnes de 19 et 27 ans se sont présentées d'elles-mêmes à la police et ont été placées en garde à vue à Bobigny.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV