BFMTV

Haute-Saône : une mère noie ses deux enfants

UNE MÈRE NOIE SES DEUX ENFANTS EN HAUTE-SAÔNE

UNE MÈRE NOIE SES DEUX ENFANTS EN HAUTE-SAÔNE - -

Un garçon de huit mois et une fillette de deux ans et demi ont été tués par leur mère, qui les a noyés dans une baignoire mercredi soir à Ronchamp, en Haute-Saône. La mère ne supportait plus la séparation d'avec leur père, a-t-elle expliqué aux enquêteurs.

Une jeune mère de famille a tué ses deux enfants en les noyant dans sa baignoire, à Ronchamp, en Haute-Saône, parce qu'elle ne supportait pas la rupture avec leur père. Cette femme de 26 ans, inconnue des services sociaux selon le procureur de Vesoul, Jean-François Parietti, a elle-même prévenu les gendarmes mercredi en fin de journée. Les militaires ont découvert les deux enfants, un garçon de huit mois et une fillette de deux ans et demi, noyés dans la baignoire de l'appartement. Ils ne portaient pas trace d'autres violences. « La jeune femme était prostrée. Elle a seulement dit qu'elle ne supportait pas la séparation avec son concubin qui est le père des enfants », a précisé Jean-François Parietti. N'étant pas jugée en état d'être auditionnée, la mère a été placée dans un hôpital psychiatrique. Le parquet a ouvert une enquête pour double infanticide.

« Personne n'a vu venir ce drame »

D'après le procureur le « contexte famille des enfants était normal, cette famille n'était connue ni des services sociaux, ni des services de la justice. Aucune suspicion de maltraitance n'a été relevée. Personne n'a vu venir ce drame ». La jeune femme vivait seule avec ses deux enfants. Elle ne travaillait pas, se consacrant entièrement à l'éducation de ses enfants, a encore indiqué le procureur.
« C'est un choc terrible pour les habitants de la commune », a déclaré Benoît Cornu, adjoint au maire de Ronchamp. Il s'agissait selon lui d'une famille « implantée et bien connue » dans cette petite ville de 2 800 habitants, « qui n'avait jamais eu de difficultés ». D'après lui, « rien ne permettait de dire qu'un tel drame allait arriver ». Plusieurs voisins directs ont fait part de leur « stupéfaction » à l'annonce du drame, soulignant que la jeune mère « s'occupait bien de ses enfants ».

Philippe Gril avec agences