BFMTV

Gilets jaunes: un dispositif de sécurité considérablement allégé ce samedi

Le dispositif de sécurité est moins important que les week-ends derniers.

Le dispositif de sécurité est moins important que les week-ends derniers. - AFP

Quelle mobilisation pour ce sixième week-end de manifestation? Alors que le mouvement des gilets jaunes tend à s'essouffler, le dispositif de sécurité a été considérablement allégé, notamment à Paris.

Quelle participation pour ce nouveau samedi de mobilisation des gilets jaunes? Pour l'Acte 6, les autorités s'attendent à une baisse de la participation mais avec la présence "d'individus plutôt radicalisés". Le 15 décembre dernier, 66.000 gilets jaunes, dont 4.000 au plus fort du rassemblement parisien, soit moitié moins que la semaine précédente. Jeudi, le ministère de l'Intérieur a recensé 3.680 manifestants, le chiffre le plus bas depuis le début de la mobilisation. Le dispositif de sécurité sera donc adapté et donc allégé. 59 unités de forces mobiles seront déployées sur toute la France, soit plus de 4.100 CRS et gendarmes mobiles, a-t-on appris de sources policières.

La plus forte concentration des unités mobiles sera à Paris avec 17 unités, soit 1.225 CRS et gendarmes mobiles. Là où 4.600 policiers et gendarmes ont été mobilisés le 1er décembre et jusqu'à 8.000 le week-end dernier avec l'appui de 12 véhicules blindés de la gendarmerie, le dispositif policier sera moins conséquent mais toutefois plus important qu'un samedi normal de fêtes. Les principes de quadrillage, de mobilité et de réactivité, appliqués les deux derniers week-end, seront une nouvelle fois mis en avant, avance la préfecture de police de Paris, sans toutefois communiquer de chiffres.

Une manifestation à Versailles?

Dans les gares et le centre de la capitale, les policiers vont procéder à des contrôles d’identités, des fouilles de sacs et bagages et des véhicules. Un appel à la vigilance a toutefois été lancé aux commerçants sur les Champs-Elysées, qui ont concentré les violences ces dernières semaines, pour protéger leur devanture et dans les grands magasins, comme le Printemps ou les Galeries Lafayette boulevard Haussmann. Des blindés seront prépositionnés en alerte à Paris, Toulouse, bordeaux et dans les bouches du Rhône. La "vigilance" sera accrue sur les grands axes routiers avec les départs en vacances.

Il faut dire que les appels à manifester pour cet Acte 6 ne concerne pas principalement la capitale. Deux déclarations de manifestation ont bien été déposées à la préfecture de police de Paris, dont une pour la place de la République. Des actions pourraient avoir lieu place de l'Etoile ou au quartier d'affaires de La Défense. Mais sur les réseaux sociaux, les appels à l'acte 6 ont fleuri: "Acte 6: Macron démission", "Acte 6 on s'essouffle pas", "Acte 6: on fait quoi?". Un événement intitulé "Acte 6 Paris: Versailles !!!" a également été créé par Eric Drouet, l'un des porte-parole du mouvement. 1.400 personnes ont indiqué qu'elles y participeront.

Mobilité et interpellations préventives

En prévision de ce rassemblement, le domaine et le château de Versailles sera fermé samedi, a indiqué la préfecture des Yvelines. "Compte tenu de la valeur symbolique de Versailles, des manifestants se sont donnés rendez-vous à 6 heures, 8 heures", prévient Jean-Jacques Brot, le préfet, qui a détaillé le dispositif de sécurité prévu. Un large périmètre pour manifester sera banalisé sur l'avenue de Paris, 17 mètres plus large que celle des Champs-Elysées, où des contrôles auront lieu. Les autorités s'attendent toutefois à une participation de "plusieurs centaines" de gilets jaunes. Sorti de ce périmètre, il sera interdit de manifester, notamment dans le centre de Versailles où les magasins resteront ouverts.

Plus mobiles, les forces de l'ordre mettront également l'accent sur la "prévention". Afin d'éviter que les violences se reproduisent, le 8 décembre, il y avait eu 2.000 interpellations au niveau national, dont 1.082 rien qu'à Paris. Nombreuses de ses arrestations avaient eu lieu en amont de la capitale, au niveau des péages, mais aussi à l'arrivée des manifestants, munis de masques à gaz, fumigènes ou encore boules de pétanque, ou parfois avec simplement du sérum physiologique. 

"Nous nous attendons à une mobilisation moindre mais il y aura le même dispositif pour encadrer les manifestations de voie publique, assurer un certain nombre de fouilles s’il le faut et procéder à des interpellations, s’il y a des débordements", a d'ailleurs fait savoir jeudi soir Laurent Nunez, le secrétaire d'Etat auprès du ministère de l'Intérieur, sur LCI.

Des actions en province

Ces derniers jours, 300 ronds-points et barrages des gilets jaunes ont été évacués par les forces de l'ordre. La préfecture de l'Ariège a annoncé vendredi avoir interdit les "rassemblements, les installations d'abris et le dépôt de matériaux sur les principaux ronds-points et voies d'accès du département, dont les points de péage" pour la journée de samedi. Un appel à bloquer les frontières aux pays limitrophes a été lancé sur la page Facebook de l'Acte 6. Une opération "Paris vide" a également été organisée dans 14 villes de province.

Justine Chevalier avec le service police-justice de BFMTV