BFMTV

Gilets jaunes à Lille: 9 personnes interpellées après une manifestation sous tension

BFMTV
9 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue à Lille, a appris BFMTV de sources concordantes.

Des centaines de personnes ont répondu à l'appel national à manifester à Lille, ce samedi, pour la 67e journée de mobilisation des gilets jaunes. Des tensions ont rapidement éclaté entre les manifestants et les forces de l'ordre. 9 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, a appris BFMTV de sources concordantes. 

Près de 700 personnes, selon la préfecture, ont pris part au rassemblement, qui a commencé en début d'après-midi place de la République, à proximité du centre ville. Dans la foule se trouvaient des manifestants pour la plupart venus des Hauts-de-France, mais aussi de région parisienne ou même du Var. A côté des gilets jaunes, de nombreuses personnes vêtues de noir, le visage dissimulé, se sont jointes au mouvement. 

Le parcours de la manifestation interdit en préfecture

La manifestation a rapidement donné lieu à des débordements quand des militants ont tenté de suivre l'itinéraire souhaité, vers le centre-ville, interdit par un arrêté préfectoral de la veille, et refusé de suivre le parcours imposé par les forces de l'ordre. Certains ont commencé à viser les membres des forces de l'ordre avec des jets de projectiles. Ces derniers ont répondu avec du gaz lacrymogène et des grenades de désencerclement. Selon nos informations, trois policiers ont été légèrement blessées dans ces échauffourées.

"C'était important de montrer notre mobilisation, que nous attendons des réponses qui ne viennent pas depuis 15 mois", a déclaré Faouzi Lellouche, figure du mouvement, présent dans le cortège, qui a exprimé la "frustration" des manifestants de ne pouvoir suivre l'itinéraire déposé initialement.

"Le premier parcours faisait trois heures et 8 à 10 kilomètres, et celui que nous a imposé la préfecture faisait une heure et trois kilomètres", a souligné David Libeskind, avocat au barreau de Paris et défenseur de gilets jaunes. "C'est une manière de réduire la visibilité des gilets jaunes et une atteinte à la liberté de manifester, qui créent des tensions et des violences".

Au total, 3200 personnes se sont réunies dans toute la France, hors Paris, selon des chiffres communiqués par des sources concordantes à BFMTV. 11 personnes ont été interpellées. 

Cyrielle Cabot avec Mélanie Vecchio et AFP