BFMTV

Gilet jaune éborgné à Rennes: ouverture d'une information judiciaire

Manifestation de "gilets jaunes", le 23 novembre 2019

Manifestation de "gilets jaunes", le 23 novembre 2019 - FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Le parquet de Rennes a ouvert une information judiciaire pour "blessures involontaires", un an après la perte d'un oeil par un homme de 27 ans lors d'une manifestation de gilets jaunes en janvier 2018.

Le parquet de Rennes a ouvert une information judiciaire pour "blessures involontaires", un an après la perte d'un oeil par un manifestant suite au jet d'une grenade de désencerclement lors de l'acte 10 des gilets jaunes.

Grenade de désencerclement

"Une information judiciaire confiée à un juge d'instruction sous la qualification de blessures involontaires a été ouverte par le parquet de Rennes fin décembre", a indiqué vendredi le procureur de Rennes Philippe Astruc, confirmant une information du quotidien régional Le Télégramme.

"La responsabilité pénale du policier auteur du jet d'une grenade de désencerclement à l'origine des blessures graves me parait en effet devoir être examinée dans le cadre d'une information judiciaire permettant d'offrir toutes les garanties tant à la victime qu'au policier mis en cause", a-t-il ajouté dans un courriel.

La victime, Gwendal Leroy, 27 ans, avait perdu son oeil gauche le samedi 19 janvier vers 18 heures à Rennes. 

"'J'ai vu un flash, une explosion, violente"

"Il était temps qu'on rentre, on avait deux heures de route. Et en remontant la rue, arrivé au niveau des arrêts de bus, j'ai entendu une grenade atterrir à mes pieds. On entend le bruit (...) on se retourne et donc là j'ai vu un flash, une explosion, violente", avait-il raconté lors d'une rencontre avec l'AFP début mars dans le Finistère.

 "C'est le lendemain que j'ai appris que j'avais perdu l'usage de mon oeil", avait expliqué le jeune homme, qui avait a porté plainte contre X et contre l'État.

Vingt-quatre personnes ont été éborgnées lors des manifestations de "gilets jaunes", selon le décompte du journaliste indépendant David Dufresne.

E.P avec AFP