BFMTV

Gérard Collomb promet des renforts pour "hisser le drapeau de la République dans chaque quartier"

Gérard Collomb à l'hôtel de police de Grenoble le 28 septembre

Gérard Collomb à l'hôtel de police de Grenoble le 28 septembre - ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé des effectifs policiers supplémentaires pour l'agglomération grenobloise, en proie à une hausse des violences et de la délinquance.

En déplacement à Grenoble, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, a promis plus de policiers pour la ville en proie à une hausse des violences et de la délinquance, assurant vouloir "hisser le drapeau de la République dans chaque quartier". Depuis l’hôtel de police de Grenoble, il a ajouté ne pas être "dans l’incantation mais dans la réalisation", annonçant dans la foulée des renforts policiers, faisant état de 35 fonctionnaires en plus pour l’agglomération grenobloise.

"Qui peut admettre que l’insécurité dégrade l’image de toute une ville, qu’elle conduise à une baisse sans précédent des prix de l’immobilier comme me l’ont dit ce matin ses habitants ? Si je suis venu ici c’est pour vous dire que l’État prendra ses responsabilités", a martelé Gérard Collomb.

Renforts policiers

Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Intérieur a rendu hommage à Kévin Noubvissi et Sofiane Tadbirt, tués de plusieurs coups de couteau par une bande armée à Echirolles dans l’agglomération grenobloise en 2012. "On n’est plus en République", a assuré de son côté Martine Aubry la maire de Lille ce vendredi, évoquant un climat d'insécurité similaire dans la métropole lilloise et assurant avoir également demandé à Gérard Collomb des renforts policiers lors de sa visite dans la ville mercredi.

Les questions de sécurité sont au cœur des débats alors que de violentes attaques de bandes armées ont eu lieu mercredi à Angoulême et jeudi à Garges-lès-Gonesses où un adolescent de 17 ans a été lynché.

Guillaume Dussourt