BFMTV

Georges Tron va se pourvoir en cassation et déposer une demande de mise en liberté

L'ancien secrétaire d'Etat et maire de Draveil Georges Tron, le 29 mars 2015 à Draveil

L'ancien secrétaire d'Etat et maire de Draveil Georges Tron, le 29 mars 2015 à Draveil - Kenzo Tribouillard, AFP

La cour d'assises de Paris a condamné mercredi en appel l'ex-secrétaire d'État Georges Tron à cinq ans de prison, dont trois ferme, pour viol et agressions sexuelles en réunion sur une collaboratrice de sa mairie de Draveil (Essonne) et l'a placé en détention.

Les avocats de Georges Tron vont former un pourvoi en cassation et déposer une demande de mise en liberté, ont-ils fait savoir à BFMTV ce jeudi, au lendemain de la condamnation en appel de l'élu LR à trois ans de prison ferme pour viol et agressions sexuelles en réunion sur une collaboratrice de sa mairie de Draveil (Essonne). Il a été dans la foulée de sa condamnation placé en détention.

Appel à la démission du conseil municipal

Le maire de Draveil reste donc en prison mais sa peine d'inéligibilité de 6 ans est suspendue, et sa demande de mise en liberté sera examinée une fois qu’elle sera déposée. Dans cette commune de l'Essonne, le groupe d'opposition (Draveil Transition Démocratique, écologique et sociale) appelle désormais à la démission collective du conseil municipal en place à la suite de la condamnation de Georges Tron.

Deux anciennes employées de la mairie de Draveil accusaient Georges Tron de leur avoir imposé des attouchements et pénétrations digitales entre 2007 et 2010, généralement lors de scènes avec son adjointe à la Culture d'alors, Brigitte Gruel.

Au terme d'un délibéré de onze heures, la cour a déclaré l'élu de 63 ans coupable de viol et agressions sexuelles en réunion sur Virginie Ettel. Elle l'a en revanche acquitté de faits similaires sur l'autre plaignante, Eva Loubrieu. Brigitte Gruel a écopé de deux ans de prison avec sursis.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV