BFMTV

Gard: un abattoir certifié bio accusé de mauvais traitements

Une vidéo choquante diffusée lundi sur Internet par l'association L214 montre des violences et mauvais traitements subis par les animaux dans l'abattoir certifié bio du Vigan, dans le Gard.

Des images d'une violence extrême, qui pourraient lancer une nouvelle polémique sur les mauvais traitements réservés aux animaux dans les abattoirs. L'association L214 Ethique et Animaux a publié, lundi, une vidéo montrant les violences exercées sur des animaux avant leur mise à mort dans l'abattoir du Vigan, dans le Gard. Particularité de cet abattoir: il est certifié bio.

Coups, chocs électriques et violence perverse

Cette vidéo de 4 minutes montre des employés de l'abattoir filmés pendant leur service, en train de violenter vaches, porcs et moutons, sur la chaîne d'abattage. Les moutons sont violemment balancés contre des parois de leur enclos parce qu'ils refusent d'entrer dans le couloir les amenant vers la chaîne. Les porcs et bovins ne connaissent pas un meilleur sort. Ils sont en théorie étourdis par des chocs électriques, mais le matériel du site est défaillant: certains se réveillent alors qu'ils sont suspendus par la patte, juste avant d'être abattus. Les porcelets, eux, tombent violemment de la chaîne d'abattage. 

La vidéo montre également des employés asséner des coups de poing à des moutons, sans aucune raison, et s'amuser à leur lancer des chocs électriques pour les faire tressauter. Des traitements qui relèvent de la "perversité" pure et simple, selon Sébastien Arsac, porte-parole de l'association L214, interrogé par BFMTV.

La vidéo mise en ligne par L214 (attention, certaines images peuvent choquer): 

Plainte et pétition

BFMTV a montré ces images au responsable de l'abattoir, Laurent Kauffman. "Je suis particulièrement choqué. On voit des actes inadmissibles, scandaleux et ce n'est pas possible", a-t-il réagi. "Je n'ai jamais vu ça, je ne suis pas tout le temps sur le site, loin de là. Mais je n'ai jamais vu ça et je suis déçu", a-t-il poursuivi.

Selon Le Monde, l'abattoir du Vigan, qui emploie trois salariés, est un abattoir de proximité, qui bénéficie du label bio Ecocert et est spécialisé dans la vente directe. Chaque année, 6.000 agneaux, 250 bovins et 200 cochons y sont tués.

L’association L214, auteure des images, a porté plainte mercredi, devant le tribunal de grande instance d'Alès, contre l'abattoir du Vigan, et a lancé une pétition pour demander la création d'une commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs. 

En octobre dernier, la même association diffusait une vidéo tournée dans l'enceinte de l'abattoir d'Alès, toujours dans le Gard, montrant des images atroces d'animaux maltraités. Le maire d'Alès avait alors ordonné la fermeture immédiate de l'abattoir municipal. Celui-ci a rouvert ses portes début décembre.

Adrienne Sigel, avec Rym Bey et Audrey Guiraud