BFMTV

Fusillade d’Istres : un déséquilibré « bizarre, attiré par les armes »

Les voisins de la scène du crime racontent sur RMC avoir vu un homme tituber, hagard, et qui faisait de grands gestes.

Les voisins de la scène du crime racontent sur RMC avoir vu un homme tituber, hagard, et qui faisait de grands gestes. - -

Jeudi, un jeune homme de 19 ans a tiré à la kalachnikov dans une rue d’Istres dans les Bouches-du-Rhône, tuant trois personnes. Les témoignages recueillis par RMC parlent d’un homme passionné par les armes et déséquilibré. Dans le quartier du drame, les voisins racontent.

Il était près de 14 heures, jeudi, dans le quartier tranquille de la Romaniquette, en bordure de la plage d’Istres, quand un jeune homme de 19 ans a, pour une raison encore inconnue, tiré à l’aide d’une kalachnikov sur des passants en pleine rue. Bilan : trois morts et un blessé. L'homme a été interpellé, sans résistance, à une centaine de mètres des lieux du drame. Connu des services de police, il était depuis un an sous contrôle judiciaire pour une affaire de détention d'armes et lors de son arrestation, il a livré le nom d'une personne qui selon ses dires allait « commettre un acte » similaire à Paris. Agé de 24 ans, cet individu, inconnu des services de police, a à son tour été interpellé en début de soirée à son domicile dans le XVIIème arrondissement de Paris. A Istres, aujourd’hui, c’est l’incompréhension.

« On a vu les balles »

Dominique, qui habite juste à côté des lieux du drame, a vu lui-même le tueur. « Je l’ai simplement aperçu, une vingtaine d’années, il avait l’air un peu hagard, il titubait, il faisait de grands gestes de la main », raconte cet habitant du quartier, qui avoue avoir mis un peu de temps à comprendre ce qu’il se passait. « Au départ, ça a commencé par une pétarade, j’ai cru que c’étaient des gamins qui lançaient des pétards. On m’a dit tout de suite que c’était une kalachnikov qui avait tiré sur une camionnette juste en face, au garage Opel. Je me suis rendu sur la scène, je me suis aperçu que quelqu’un était mort. On a vu les balles qui ont traversé la voiture ».

« Venu à la muscu avec une arme factice »

Jérémy, lui, connaît bien le tueur et l’a même croisé une demi-heure seulement avant le drame. Il parle d’un jeune homme déséquilibré, attiré par les armes, ce que semblent confirmer les enquêteurs. « On faisait de la muscu ensemble. Il était bizarre, il était "space", je sais qu’il prenait des cachets. Il était attiré par des armes, il est venu une fois à la muscu avec une arme factice, qu’il avait fait lui-même ». Le jeune homme était d’ailleurs sous contrôle judiciaire depuis un an pour détention illégale d'armes.

Mathias Chaillot avec Guillaume Robelet