BFMTV

Française condamnée à perpétuité en Irak: sa mère plaide pour son rapatriement 

Djamila Boutoutaou à Bagdad.

Djamila Boutoutaou à Bagdad. - Ammar Karim / AFP

La mère de Djamila Boutoutaou, cette jihadiste française condamnée mardi à la prison à perpétuité en Irak pour appartenance à Daesh, a demandé son retour en France ce mercredi soir sur notre antenne.

Mardi, Djamila Boutoutaou était condamnée à perpétuité par un tribunal de Bagdad. Si la Française de 29 ans assure avoir été piégée par son mari, mort depuis, elle doit sa sentence à son appartenance à Daesh. Ce mercredi, sur notre antenne, la mère de Djamila Boutoutaou a lancé un appel. Elle est d'abord revenue sur son sentiment au moment où elle a appris le verdict: "J’étais choquée. Ma fille, elle est abîmée. Je vois une femme abîmée, avec la souffrance et tout ce qu’on lui a infligé." Elle a ensuite livré ses impressions au sujet de sa fille: "Je l’ai trouvée triste et amaigrie. On voit qu’elle a souffert. Et ça fait des années qu’elle dans cette souffrance."

Elle a ensuite pris sa défense, la dépeignant en victime: "C’est son mari qui l’a entraînée en Irak. C’est une victime, ma fille. Depuis leur départ en janvier 2016, je n’ai pas eu de nouvelle pendant un an et demi, jusqu’à ce qu’elle m’appelle le 17 septembre 2017 et m’apprenne qu’elle était en Irak : ‘Aide-moi, maman, au secours, maman’. C’est là qu’elle m’a appris la mort de son fils. Elle m’a dit que son mari était mort aussi. J’étais déchirée."

Si le fils de Djamila Boutoutaou est mort en Irak, sa fille Khadija est toujours vivante, partageant le sort de sa mère. "Je fais confiance à l’état français pour rapatrier Djamila avec Khadija. Je voudrais accueillir ma petite fille, pour qu’elle grandisse dans de bonnes conditions, dans l’intérêt d’une petite fille de deux ans et demi", a expliqué la grand-mère." Elle a conclu: "Ma fille a des choses à dire à la France". 

Robin Verner