BFMTV

Essonne: un mari trompé jugé après avoir violé sa femme pour punir ses infidélités

L'époux violent comparaît ce mardi 14 février 2017 devant les assises de L'Essonne, au tribunal de grande instance d'Evry.

L'époux violent comparaît ce mardi 14 février 2017 devant les assises de L'Essonne, au tribunal de grande instance d'Evry. - THOMAS SAMSON / AFP

Un homme se retrouve ce mardi aux assises de l’Essonne pour viols et violences. Il est accusé d’avoir violé et frappé sa femme après avoir découvert les relations extra-conjugales de celle-ci.

Il n’a pas supporté d’apprendre que sa femme le trompait. Ce mardi, et durant trois jours, Alvaro, 53 ans, est jugé aux assises de l’Essonne pour viols et violences.

Le 25 juin 2014, sa femme, Lydie, dépose plainte au commissariat de sa commune, à Brunoy, pour dénoncer des faits de violences conjugales et de viols. Lydie explique aux force de l’ordre que, trois jours plus tôt, son mari a découvert des SMS et des photos osées qu'elle envoyait à ses conquêtes, dans un téléphone portable dont il ignorait l’existence. Dans un accès de colère, il l’aurait alors saisie par le cou, lui aurait craché dessus, l'insultant et lui donnant un coup de poing au visage.

Ce jour-là, la jeune femme finit par avouer avoir noué des liens avec un homme rencontré sur un site de rencontres extra-conjugales, mais assure à son époux qu’elle n’a jamais eu de relations sexuelles avec lui. Persuadé qu’elle ment, Alvaro continue de questionner son épouse et impose des actes de nature sexuelle, auxquels elle dit s’être soumise "sans résistance", rapporte Le Républicain.

Il emmène sa femme dans la forêt pour l’humilier et la violer

Le calvaire de Lydie prend une autre tournure le 24 juin 2014. Selon ses déclarations aux enquêteurs, son mari est venu la chercher en camionnette après son travail. Mais plutôt que de prendre la direction de leur domicile, il roule en direction d’une forêt tout en menaçant son épouse "de la tuer, de la couper en morceaux, de manger ses restes et que personne ne la retrouverait". Alvaro arrête le véhicule à l’orée d’un bois et impose à sa femme de se déshabiller entièrement et de s’asseoir.

Il se serait ensuite muni d’un nunchaku pour la frapper, avant de la violer. Après l’avoir frappée avec une branche d’arbre, il l'aurait contrainte à avoir des rapports sexuels tout en lui hurlant de lui "dire la vérité". Martyrisée et humiliée, l’épouse finit par avouer qu’elle a eu des relations sexuelles avec d’autres hommes.

"J'ai réagi normalement pour un homme qui aime sa femme"

Face aux policiers, l’accusé reconnaît avoir voulu lui faire peur pour la forcer à dire la vérité et l’avoir menacée de mort, ne supportant pas ses mensonges et ses tromperies. "J’ai réagi normalement pour un homme qui aime sa femme", justifie-t-il, selon des propos rapportés par Le Parisien.

Quatorze ans auparavant, Lydie a expliqué avoir déjà essayé de divorcer. En vain. Concernant ses relations extra-conjugales, il s’agissait pour elle d’un moyen "de se sentir épanouie, aimée et désirée et échapper à son quotidien".

Le jugement est attendu pour jeudi 16 février.

H.M.