BFMTV

Enfant raccompagné pour cantine impayée: la défenseure des droits se "saisit d'office" de l'affaire

Image d'illustration - Cantine scolaire

Image d'illustration - Cantine scolaire - NICOLAS TUCAT © 2019 AFP

"Les enfants doivent être laissés à l’écart des conflits entre leurs parents et l’administration", écrit la Défenseure des droits dans un communiqué ce lundi.

Dans un communiqué publié ce lundi, la Défenseure des droits Claire Hédon a déclaré "se saisir d’office" des faits concernant l'exclusion d'un enfant de 7 ans d'une cantine scolaire pour factures impayées. Il avait ensuite été raccompagné chez lui par la police municipale.

"Les enfants doivent être laissés à l’écart des conflits entre leurs parents et l’administration", écrit la Défenseure des droits, soulignant avoir déjà rappelé ce principe en 2013 et en 2019, dans un rapport intitulé: "Un droit à la cantine scolaire pour tous les enfants — Intérêt supérieur de l’enfant, égalité des droits et non-discrimination".

La maire déclare avoir suivi "la procédure"

Jeudi dernier, un enfant scolarisé dans l'école primaire de Saint-Médard-de-Guizières (Gironde) avait été raccompagné chez lui par un policier municipal lors de la pause déjeuner, ce en raison d'environ 800 euros d'impayés à la cantine scolaire, soit 350 à 400 déjeuners depuis 2019.

"La maman avait été prévenue à plusieurs reprises", a expliqué la maire sur BFMTV. "Nous lui avions demandé de venir chercher son enfant puisque tant qu'elle n'aurait pas réglé sa dette elle ne pourrait pas bénéficier des services de cantine". Elle explique avoir suivi "la procédure".

"Ce ne sont pas ses histoires, lui n'est pas au courant", a déclaré de son côté la mère de l'enfant sur notre antenne. "Peu importe la raison, il a sept ans et demi, on ne peut pas l'afficher comme ça devant toute l'école, tous les parents, lui il n'a rien fait", regrette-t-elle.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV