BFMTV

EN VIDEO - Agression de Clément : des témoins racontent

Le passage du Havre, à Paris, où a eu lieu l'agression de Clément Méric.

Le passage du Havre, à Paris, où a eu lieu l'agression de Clément Méric. - -

Un témoin, rencontré par BFMTV, décrit les quelques minutes qui ont précédé l'agression de Clément Méric, mercredi, par des personnes présentées comme des skinheads. Encore sous le choc, une autre, qui a assisté à l'agression, raconte que la victime « saignait beaucoup ».

Que s'est-il passé mercredi soir près de la gare Saint-Lazare, à Paris, entre Clément Méric et ses agresseurs, présentés comme des skinheads ? BFMTV a rencontré un témoin de la scène. Cet homme, qui a souhaité rester anonyme, était à l’intérieur du magasin où le jeune militant d’extrême-gauche a croisé ses agresseurs. « J’étais au niveau de la caisse et j’ai vu un petit jeune (Clément Méric, NDLR) provoquer un autre qui ressemblait à un skinhead et qui avait l’air de lui dire d’un geste de la main : "tranquille, tranquille, on est là comme toi pour faire notre shopping". Et donc l’autre skinhead a montré son petit doigt en disant, "il est tout maigrichon et il nous provoque" », raconte le témoin.

« On sentait qu’il y avait vraiment une tension »

Il poursuit : « J’ai vu qu’il y avait un petit peu de monde au niveau du porche. Quatre personnes qui étaient avec le skinhead que j’avais vu à l’étage (du magasin, NDLR), qui lui était avec une fille aux cheveux noirs assez longs. Ils étaient là en train d’attendre, au téléphone, comme s’ils essayaient de rameuter d’autres personnes. On sentait qu’il y avait vraiment une tension. Et puis au bout d’un moment j’ai vu tout le monde sortir, et je pense que c’est à ce moment-là que l’autre petit jeune a été agressé ».

« Il saignait beaucoup »

« Il n’y a pas de mots, explique Aurélie, témoin de l'agression, encore sous le choc, c’était des coups de poings, ça a été très vite et c’était très violent. Quand je suis arrivée, ils étaient déjà en train de se cogner, il est tombé en arrière et il s'est pris la butte en fer. Il était inconscient et saignait beaucoup. Il avait une grosse bosse derrière la tête et son visage était en sang. C’est choquant, parce que ça peut arriver à tout le monde », a-t-elle ajouté avant de fondre en larmes.

Philippe Gril avec BFMTV