BFMTV

Draguignan: il avait saccagé le mémorial du chat torturé, il s'excuse

Le chat avait été tué le 31 mai dernier.

Le chat avait été tué le 31 mai dernier. - Capture Twitter

Une manifestation contre les violences faites aux animaux avait eu lieu au même endroit samedi.

L'agitation autour du chat tué et torturé le 31 mai à Draguignan (Var) continue. Après une manifestation contre les violences faites aux animaux samedi dernier, un homme a saccagé dimanche matin le mémorial dédié au chat, Chevelu, sauvagement torturé par une bande de personnes. 

Comme le rapporte Var-Matin, un homme a saccagé les objets déposés sur le mémorial, avant de revenir sur ses pas et de les jeter à la poubelle. 

Le créateur du mémorial, David, ne veut toutefois pas créer de polémique et assure avoir reçu des excuses le jour-même des dégradations.

"Un geste d'énervement"

"Cette personne a fait ça par rapport à la lettre qui était apposée sur la stèle et qui dénonçait le laxisme du voisinage durant la nuit où Chevelu a été torturé à mort. Il faut prendre cela pour un geste d’énervement, qui n’a rien à voir avec le crime honteux subi par le chat", assure-t-il à Var-Matin

Il indique par ailleurs ne pas avoir porté plainte, car l'homme a "présenté ses excuses ainsi que ses regrets". 

"Depuis le saccage, elle subit un lynchage sur les réseaux sociaux et des pressions à l’endroit où elle réside. Il faut que cela cesse pour le bien de l’enquête sur les hauteurs du massacre de Chevelu. Pour moi, c’est cela qui est important. Lui n’a absolument rien à voir avec cette triste affaire. Cette personne va d’ailleurs m’aider à reconstruire le mémorial. Pour moi, l’incident est clos", précise-t-il. 

Samedi dernier, le maire Richard Strambio a informé les manifestants que deux personnes avaient été interpellées, "sans qu'on sache si elles ont un lien direct ou pas avec cette affaire", indique le quotidien. Les tortionnaires risquent deux ans de prison ferme et 30.000 euros d'amende. 

Liv Audigane