BFMTV

Douai: incendie sur le site de l'usine d'Air Liquide classée Seveso, risque de toxicité écarté

Les pompiers "ne refusent jamais d'intervenir dans une cité sensible", selon la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris.

Les pompiers "ne refusent jamais d'intervenir dans une cité sensible", selon la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. - AFP

Un incendie s'est déclaré, ce jeudi, sur le site de l'usine classée Seveso, Air Liquide France industrie, située à Douai dans le Nord. Aucune victime n'est à déplorer et tout risque de toxicité a été écarté par les autorités.

Un incendie s'est déclaré ce jeudi vers 17h15 sur le site de l'usine Air Liquide France industrie (ALFI) de Douai classée Seveso, mais aucun blessé ni aucune toxicité n'est à déplorer, a-t-on appris de sources concordantes.

Quelque 80 sapeurs-pompiers ont été dépêchés sur place selon le service d'incendie et de secours (SDIS) du Nord, qui a fait état de "plusieurs explosions" sur le site de cette usine du groupe de gaz industriels et médicaux. L'incendie serait parti d'une "explosion suivie de feu à cause d'une rupture de canalisation d'hydrogène".

"C'est un camion citerne (...) qui déchargeait son contenu sur les quais de déchargement de l'entreprise. Ils étaient certainement en pleine manutention lorsqu'il y a eu une rupture sur une conduite reliant le camion et les cuves de l'entreprise", a expliqué un porte-parole des pompiers.

Aucune victime à déplorer

Deux camions stationnés à proximité étaient "directement menacés par l'incendie" à l'arrivée des pompiers, a-t-il précisé.Sur des images diffusées vers 18heures sur les réseaux sociaux, de la fumée noire s'échappait de l'enceinte de l'usine, installée à la périphérie de la ville de Douai, dans une zone rurale. Mais à 19 heures, plus aucune fumée n'était visible selon un photographe de l'AFP. L'accès au site était bloqué par la police.

"L'incendie est maîtrisé, il n'a fait aucune victime et il n'y a aucun risque de toxicité", a affirmé la préfecture à l'AFP.

Interrogé par l'AFP, le maire de la ville Frédéric Chéreau a fait état de "deux explosions assez impressionnantes au bruit". "Mais à l'heure qu'il est, il n'y a plus de risque pour les riverains et on va donc lever le confinement et l'alerte", a-t-il confirmé. "Le sinistre va être simplement géré sur site avec les pompiers. Il n'y a plus de risque pour les riverains et il semble que les dégâts matériels soient limités", a-t-il insisté. Il avait plus tôt diffusé un message sur les réseaux sociaux, demandant aux riverains de "ne pas sortir de chez eux jusqu'à nouvel ordre".

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV