BFMTV

Document BFMTV - Arbitre agressé: "Je vais continuer avec encore plus de conviction"

Nicolas Sihl, l'arbitre agressé à l'issue d'une finale samedi dans le Val-de-Marne.

Nicolas Sihl, l'arbitre agressé à l'issue d'une finale samedi dans le Val-de-Marne. - -

Nouvelle affaire de violence dans le football amateur. Deux arbitres ont été agressés samedi après-midi au Plessis-Trévise, en région parisienne. Après être sorti de l'hôpital, l'un d'eux témoigne.

"Oui, je vais continuer (à arbitrer) avec encore plus de conviction. Ce n’est pas une cinquantaine de pseudo supporters qui vont me faire changer d’avis", assure Nicolas Sihl qui arbitrait samedi après-midi la finale du Val-de-Marne des moins de 17 ans. La rencontre n'était pas classée à risque. Mais au coup de sifflet final de ce match au PlessisTrevise, des dizaines de spectateurs mécontents ont envahi le terrain et pris à partie les arbitres.

Quatre à zéro et une expulsion: trop pour certains

Villejuif a remporté le match qui l'opposait à Champigny par quatre buts à zéro. Ce n'est cependant pas le score que retiendra l'histoire, mais les violences qui ont éclaté à la fin du match.

Les agresseurs étaient entre 50 et 70 à déferler sur le terrain. Outre le score sans appel, le déclencheur de cette vague de violences est sans doute l'expulsion d'un joueur de l'équipe perdante cinq minutes avant la fin du match. Mais ce n'est peut-être pas la seule explication.

Des esprits échauffés par les médias

Encore sous le choc et tout juste sorti de l'hôpital, l'arbitre pris à partie par ces dizaines de supporters tente encore de comprendre ce qui s'est passé. Pour lui, la médiatisation d'une précédente agression à Ivry-sur-Seine, il y a quelques jours, n'est pas étrangère à sa mésaventure. La vidéo du Parisien qui montrait une bagarre générale à Ivry-sur-Seine, n'a fait qu'"envenimer les choses", explique-t-il.

Le jeune homme qui est arbitre officiel depuis dix ans explique néanmoins que "ce climat de violence ne date pas d'hier". Un avis que partage Renaud Hocq, le président des arbitres du Val-de-Marne. Il pointe le mauvais exemple donné par le football, au plus haut niveau, notamment pas Leonardo.

Des dizaines de coups de poing

Nicolas, qui assure ne s'en être sorti que grâce à l'aide de ses camarades, a reçu des dizaines de coups de poing. Miracle, il ne s'en tire qu'avec quelques hématomes. Il déclare qu'il portera plainte dans les prochains jours. Un joueur et deux spectateurs ont été placés en garde à vue.

A LIRE AUSSI:

>> Ivry: bagarre à coups de batte au milieu d'un match de foot

D. N. avec Ani Basar et Renaud Parquet