BFMTV

Disparus du Verdon: 65.000 euros de facture pour manque de civisme

Les secours ont cherché les disparus pendant deux jours.

Les secours ont cherché les disparus pendant deux jours. - -

Des recherches exceptionnelles ont été organisées pour retrouver les quatre touristes perdus sur le lac de Sainte-Croix. Ils étaient rentrés chez eux après avoir abandonné le canoë et ne prévenant personne.

65.000 euros. C'est le coût de l'opération de secours mise en place pour retrouver les quatre personnes que l'on croyait disparues dans les gorges du Verdon, a indiqué lundi la préfecture du Var. Soit précisément 5.200 euros pour le dispositif des pompiers du SDIS (service départemental d'incendie et de secours) et 59.482 pour les moyens déployés de la gendarmerie.

C'est davantage que l'estimation déjà rondelette qu'en avait fait au cours de la journée Le Figaro: 30.000 à 40.000 euros pour le survol de la zone en hélicoptère, le déploiement de quarante gendarmes, pompiers et policiers, les frais de camion, zodiac, sondeurs etc.

Pas un délit

Pas question cependant de faire payer les touristes indélicats. En France, l'ordonnance royale du 11 mars 1733, toujours en vigueur, impose le principe de gratuité des secours, précise Le Figaro. "Nous sommes au service de nos concitoyens et nous leur devons aide et assistance", indique Danielle Drouy-Ayral, procureure de le République à Draguignan, qui précise qu'il est impossible d'engager des poursuites judiciaires à leur encontre.

Les deux couples, portés disparus alors qu'ils cherchaient simplement à dissimuler un acte d'incivisme, ne risquent qu'une contravention de 35 euros pour "dépassement de la limite autorisée dans un cours d'eau", a précisé le sous-préfet Emmanuel Dupuis.

"Inquiets des conséquences"

Auditionnés par les gendarmes, les quatre indélicats ont reconnu avoir abandonné leur canoë sans prévenir, jeudi après-midi, après avoir loué cette embarcation sur le lac de Sainte-Croix, dans le Var.

Ils ont chaviré, "renversés par une petite vague", relate le capitaine de gendarmerie Frédéric Del Aguila. Après une dispute, "pris de panique", ils ont laissé l'embarcation, emporté pagaies, gilets et bidons, "emprunté la piste, et sont rentrés chez eux dans la région de Manosque", grâce à un automobiliste, a-t-il ajouté.

C'est "inquiets des conséquences" que les quatre personnes "ont renoncé à se manifester", a indiqué la procureure. C'est une amie des recherchés qui a finalement permis de les retrouver. Mais les regrets qu'ils ont exprimés n'effaceront pas le coût des secours.

C.Pa. et M. T. avec AFP