BFMTV

Disparition d'une joggeuse en Haute-Saône: la piste de l'enlèvement et de la séquestration "privilégiée"

Les premiers éléments de l'enquête écartent la piste du suicide ou de la disparition volontaire de la jeune femme de 29 ans qui n'a pas donné de signes de vie depuis samedi.

L'enquête sur la disparition d'un joggeuse en Haute-Saône prend un nouveau tournant. Selon le procureur de la République de Vesoul, "la piste de l'enlèvement et de la séquestration est privilégiée" alors qu'Alexia Daval n'a pas donné de nouvelles depuis 48 heures. "Les investigations vont prendre une nouvelle tournure, a déclaré Emmanuel Dupic, cité par L'Est républicain. Nous sommes obligés de penser à plus grave que la disparition volontaire."

Samedi dernier, Alexia Daval a quitté son domicile, à Gray-la-Ville, aux alentours de 9 heures pour faire un jogging. Son parcours lui prend habituellement une quarantaine de minutes. Vers 12h25, inquiet, son mari signale sa disparition. Immédiatement, d'importants moyens de recherche sont mis en place. En vain.

Information judiciaire

200 personnes, principalement des riverains, se sont joints dimanche après midi aux enquêteurs, pour mener une battue sur plusieurs itinéraires dans un rayon de 40 minutes du domicile de la joggeuse. Des gendarmes de Besançon et Vesoul, appuyés par un hélicoptère et une équipe cynophile, ont ratissés les lieux. Des plongeurs ont également sondés la Saône.

Alors qu'une enquête préliminaire a été ouverte samedi pour "disparition inquiétante", le procureur de la République de Vesoul a décidé ce lundi d'ouvrir une information judiciaire pour "enlèvement" et "séquestration" et de confier les investigations à un juge d'instruction.

Lors de sa disparition, Alexia Duval, cheveux mi-longs blonds/bruns, portait un shot noir, un gilet rouge et des baskets rose. Mesurant 1m70, elle est de fine corpulence. Les autorités appellent toute personne pouvant détenir des informations pour localiser la jeune femme à contacter la gendarmerie de Gray au 03.84.65.11.45.

J.C.