BFMTV

Deux personnes tuées dans un incendie à Ivry-sur-Seine en banlieue parisienne

Les causes de l'incendie sont pour l'heure inconnues.

Deux personnes ont été tuées, et dix autres dont 4 enfants sont en urgence absolue dans un "violent" incendie ce dimanche d'un immeuble d'habitation à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), dans le Val-de-Marne. 

Une personne grièvement blessée et très brûlée a été évacuée vers l'hôpital de Garches à la mi-journée par hélicoptère. 

Des appartements murés

L'incendie s'est déclaré pour une raison encore indéterminée au rez-de-chaussée de cet immeuble de quatre étages situé au 25 de la rue Westermeyer, à un peu plus d'un km au sud du boulevard périphérique. 

Le feu a pris dans un appartement de 70 m2, dont les fenêtres étaient murées, obligeant les secours à intervenir au moyen d'une hache, a indiqué sur place le commandant Patricia Maunier, porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP).

Les pompiers de Paris avaient été alertés à 11h49 pour un feu "violent" avec "des personnes confinées dans leurs appartements", a détaillé le commandant Maunier.

Une centaine de sapeurs et quarante engins ont été mobilisés. Treize personnes ont été sorties du bâtiment et le feu a été maîtrisé en une heure environ. 

L'immeuble squaté 

Le bâtiment incendié était en partie squatté.

"Il y avait beaucoup de squats dans cet immeuble (...). Au moment de l'incendie il y avait à peu près une cinquantaine d'occupants dans cet immeuble", a précisé Philippe Bouyssou, maire PCF d'Ivry-sur-Seine. 

"Le bâtiment incendié, bien qu'ancien, ne présentait pas les caractéristiques d'un immeuble en péril. Néanmoins, la municipalité et l'aménageur Sadev94 avaient commencé à acquérir un certain nombre de logements, dans la perspective des évolutions urbaines du quartiers", a précisé la mairie dans un communiqué. Plusieurs procédures d'expulsion étaient en cours.

La municipalité indique être "en contact" avec 14 personnes qui étaient hébergés dans cet immeuble et "qui semblent avoir trouver des solidarités familiales pour les héberger". "Quant aux autres, on va essayer de les retrouver et de voir quelle est leur situation pour essayer de les mettre à l'abri dans l'urgence", a assuré le maire de la ville. 

Jé.M. avec AFP