BFMTV

Deux morts dans l'incendie d'un immeuble à Biarritz

Deux personnes sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche, dans l'incendie d'un immeuble du centre ville de Biarritz.

Deux personnes sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche, dans l'incendie d'un immeuble du centre ville de Biarritz. - -

Deux personnes ont trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche dans un incendie, d'origine encore indéterminée, qui a ravagé un immeuble du centre de Biarritz.

Un incendie a ravagé dans la nuit de samedi à dimanche un immeuble du centre de Biarritz, tuant deux personnes.

Les pompiers, alertés par un passant, ont été mobilisés à 4H37 dimanche, pour le feu qui s'est déclaré dans une maison de trois étages transformée en résidence d'appartements, dans une rue assez passante de jour.

L'incendie a été maîtrisé en près de deux heures, et les pompiers ont découvert deux corps calcinés dans les décombres d'un duplex de 50 mètres carrés au deuxième étage, l'un peu après 6H00, l'autre deux heures plus tard.

Deux corps calcinés

"Nous avons mis une heure avant de pouvoir rentrer, les flammes sortaient des fenêtres et une grande partie du plancher s'était effondrée", a expliqué sur place un des sauveteurs.

La locataire de l'appartement était une jeune femme, a indiqué une voisine, mais l'état des corps, qui ont été transportés au funérarium, devait rendre difficile une identification rapide.

Sept personnes, qui habitaient dans d'autres appartements de l'immeuble, ont été relogées dans la nuit, chez des proches ou par la mairie pour quatre d'entre elles.

Les enquêteurs de police se trouvaient dimanche matin sur place à la recherche d'indices pour déterminer les causes du sinistre.

"Un véritable brasier"

"Nous avons été évacués très rapidement. Je suis choquée, mais je n'ai pas eu peur. La police a frappé chez moi, m'a réveillée (...) je ne me suis pas paniquée", a raconté Charlotte Catier, locataire du rez-de-chaussée, avouant qu'une fois dans la rue, elle a eu "un choc" en constatant "un véritable brasier".

Son propre appartement, a-t-elle précisé, a été ravagé par l'eau, pas par les flammes.

Les enquêteurs de police se trouvaient dimanche matin sur place à la recherche d'indices pour déterminer les causes du sinistre.

L'étage qui a été la cible principale des flammes était encore fumant à la mi-journée, surveillé par des pompiers en cours d'évacuation des gravats.

Ils ont souligné l'importance de s'équiper d'un appareil détecteur d'incendies "qui ne coûte que 15 euros, et que tout le monde devrait avoir. Cela n'évite pas l'incendie, mais les personnes ont le temps de s'échapper".