BFMTV

Deux gendarmes sous contrôle judiciaire pour extorsion de signatures

BFMTV

Deux gendarmes de la section de recherches de Montpellier, soupçonnés "d'extorsion de signatures et de détournement de finalité de données", ont été renvoyés vendredi devant le tribunal correctionnel de Montpellier et placés sous contrôle judiciaire, a-t-on appris ce samedi auprès du parquet, confirmant une information du quotidien Midi-Libre.

Ces deux gendarmes ont été placés en garde à vue jeudi matin, a indiqué Brice Robin, procureur de la République à Montpellier, qui a précisé que cette affaire "délicate" devait être jugée à la fin octobre.

Suspendus de leurs fonctions

Midi-Libre indique que, parallèlement au contrôle judiciaire décidé par le juge des libertés et de la détention, qui a retiré leur arme de service aux deux gendarmes, la hiérarchie de la gendarmerie de la région Languedoc-Roussillon les a suspendus de leurs fonctions, à titre conservatoire, jusqu'à la décision définitive de la justice.

Les deux gendarmes avaient été placés en garde à vue après la descente à Montpellier de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) -l'équivalent de la police des polices- qui enquêtait discrètement depuis sept mois sur la plainte de trois employés d'une concession automobile du Crès (Hérault).