BFMTV

Deux bénévoles français de 23 et 25 ans tués à Madagascar

Deux Français ont été retrouvés morts dimanche matin à Madagascar, sur l'île de Sainte-Marie. Les corps des deux victimes, un homme et une femme de 25 et 23 ans, portaient des traces de coups au visage et ont été découverts près d'une boîte de nuit.

Deux jeunes Français ont été retrouvés morts dimanche matin à l'aube sur une plage de Sainte-Marie, une île touristique du nord-est de Madagascar. Les deux victimes, une jeune femme de 23 ans et un jeune homme de 25 ans, travaillaient depuis quelques mois comme bénévoles pour l'association Cétamada, qui oeuvre pour la protection des baleines, présentes en nombre autour de l'île. Leur corps a été découvert vers 6 heures du matin à 150 mètres d'une boîte de nuit où ils avaient passé la soirée avec des amis.

Jean-Jacques Ravello, le vice-président de Cétamada, qui est aussi consul honoraire de France à Sainte-Marie, a confirmé la mort des deux volontaires, évoquant un "acte barbare". 

"Cela fait 35 ans que j'habite à Sainte-Marie et je n'ai jamais eu ce sentiment d'insécurité, la population est généralement pacifique; c'est justement ce qui nous bouleverse", a-t-il déclaré.

Scène de crime maquillée

D'après les gendarmes, interrogés par Sarah Tetaud, la correspondante de BFMTV sur place, les deux corps ont été retrouvés l'un sur l'autre et portaient d'importantes traces de coups au visage. Le maire de Sainte-Marie, Bessaou Ismak Ado Crophe, a évoqué lui aussi "des blessures à la tête". 

Selon le préfet, les corps ont été déplacés et la scène de crime pourrait avoir été maquillée. Une enquête a été ouverte, une équipe de la section de recherche criminelle de la gendarmerie a été envoyée sur place et aucune arrestation n'a eu lieu pour le moment. Ce drame est la première affaire du genre à Sainte-Marie, selon le maire de la petite île, réputée pour sa nature préservée.

Plusieurs Français déjà tués à Madagascar

A Madagascar, en revanche, ce n'est pas la première fois que des ressortissants français sont victimes d'une mort violente. En 2013, un Français originaire de Montreuil avait été lynché par la foule et brûlé vif sur l'île de Nosy Be avec deux autres personnes. Tous les trois avaient été soupçonnés par la population du meurtre d'un enfant malgache. L'année précédente, un couple de Français propriétaire d'un restaurant avait été retrouvé mort à Tuléar, dans le sud-ouest du pays. Deux Malgaches avaient été condamnés en octobre 2015 aux travaux forcés à perpétuité pour leur assassinat.

D'après Le Parisien, qui avait rapporté en février dernier la mort d'un Français et de son épouse malgache, abattus à leur domicile, dix Français au total ont été tués ces dernières années à Madagascar.

Le ministère français des Affaires étrangères a dénoncé ces deux meurtres dimanche soir dans un communiqué, évoquant un "crime odieux". Il a ajouté que les autorités françaises étaient en contact avec les familles des victimes et confirmé qu'une enquête était en cours à Madagascar, sans plus de précisions. 

C.V. avec AFP