BFMTV

Des messages hostiles à la police tagués sur des murs à Ivry-sur-Seine

Des tags hostiles à la police découverts sur des murs à Ivry-sur-Seine.

Des tags hostiles à la police découverts sur des murs à Ivry-sur-Seine. - Police d'Ivry

Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de la ville.

"Sauve une vie, tue un flic", "Pas de police dans nos quartiers", "La question n'est pas de savoir si la police est un danger pour la société, mais comment s'en débarrasser". Voilà quelques-uns des messages hostiles aux forces de l'ordre qui sont apparus sur les murs d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) ce mardi matin, a appris BFM Paris auprès de sources policières.

La police les a découverts à la suite de l'appel d'une habitante. Cette dernière a déposé plainte, certains des messages ayant été tagués sur les murs de son habitation.

La police technique et scientifique est intervenue sur les lieux. Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat d'Ivry. Aucun auteur n'a été identifié et aucune interpellation n'a été effectuée pour l'heure, a précisé le parquet de Créteil à l'Agence France Presse (AFP).

Des messages hostiles à la police tagués sur des murs à Ivry-sur-Seine.
Des messages hostiles à la police tagués sur des murs à Ivry-sur-Seine. © Police d'Ivry-sur-Seine
Des messages hostiles à la police tagués sur des murs à Ivry-sur-Seine.
Des messages hostiles à la police tagués sur des murs à Ivry-sur-Seine. © Police d'Ivry-sur-Seine

"Scandalisé"

"Je suis scandalisé par ces tags et j'ai demandé à mes services municipaux de tout faire pour les effacer le plus vite possible", a déclaré à l'AFP Philippe Bouyssou, maire PCF d'Ivry-sur-Seine.

"Notre positionnement est clair: nous avons toujours dénoncé les violences policières quand il y en avait et nous appelons de nos voeux à changer le rapport police/population, mais les appels à la violence et au meurtre contre la police, c'est inacceptable. Il ne faut pas tout mélanger!", poursuit l'édile.

Pour Reda Belhaj, délégué départemental d'Unité SGP Police dans le Val-de-Marne, ces tags sont à lier au "climat actuel délétère". "On sent la haine anti-flics. Certains délinquants se lâchent et sont renforcés dans leur sentiment d'impunité envers la police".

"Tant que la situation ne se calme pas dans la société et les médias, il risque d'y avoir des faits similaires", ajoute-t-il.
Raphaël Maillochon avec Florian Bouhot et AFP