BFMTV

Des Syriens qui demandaient réparation pour des "fautes" de Fabius déboutés en appel

Laurent Fabius

Laurent Fabius - Bertrand Guay - AFP

La justice française a confirmé en appel le rejet d'une demande de réparation de Syriens pour des violences subies en Syrie, où la responsabilité du chef de la diplomatie française était selon eux engagée.

"La cour d'appel a simplement fait siens les arguments du tribunal administratif et confirmé" cette semaine le jugement de première instance, a déclaré vendredi Damien Viguier, l'avocat des plaignants.

Les plaignants, des Syriens proches de victimes de jihadistes, estimaient que plusieurs déclarations publiques de Laurent Fabius avaient contribué à aggraver la situation dans leur pays en encourageant notamment une faction opposée au régime du président syrien Bachar al-Assad, le Front al-Nosra.

Le ministre des Affaires étrangères avait ainsi estimé, en août 2012, que "Bachar al-Assad ne mériterait pas d'être sur terre". Dans des propos rapportés par Le Monde en décembre 2012, il aurait affirmé que "le Front al-Nosra (faisait) du bon boulot", alors même que cette branche syrienne d'Al-Qaïda venait d'être classée parmi les organisations terroristes par les États-Unis.

Les plaignants poursuivaient l'État français "pour des fautes personnelles commises par Laurent Fabius", dont la "provocation à commettre des crimes de masse", et demandaient en guise de réparation un euro symbolique.

la rédaction avec AFP