BFMTV

Démantèlement d'un réseau de voitures volées en Île-de-France et revendues en Afrique

Police (illustration)

Police (illustration) - AFP

Quatre personnes, âgées de 16 à 30 ans, ont été interpellées les 15 et 16 juillet et mises en examen.

Un réseau de trafic de voitures volées à l'aide de clés électroniques encodées et revendues en Afrique a été démantelé en Île-de-France et quatre personnes ont été mises en examen, a appris l'Agence France Presse (AFP) ce mardi de sources proches de l'enquête.

L'enquête a débuté en février dans le Val-d'Oise par la Brigade de sûreté urbaine après le signalement de plusieurs SUV volés qui se retrouvaient dans le département.

Un des auteurs a été identifié grâce à la vidéosurveillance d'un parking et sa filature sur plusieurs mois a permis de remonter le réseau.

Des clés électroniques vierges achetées sur internet

Les malfaiteurs "achetaient des clés électroniques vierges sur internet et avec un encodeur et le numéro de série de la voiture parvenaient à ouvrir la voiture", indique une source proche de l'enquête.

Une fois la voiture ouverte, les voleurs devaient brancher l'encodeur sur le véhicule, faisaient reconnaitre la clé vierge et désactivaient la clé d'origine. "Des modèles particuliers (de SUV, ndlr) étaient ciblés notamment les Toyota C-HR, les Peugeot 3008 ou encore les Citroën DS7", précise cette même source.

A ce stade de l'enquête, 23 véhicules ont été répertoriés comme volés par le réseau pour un préjudice estimé à plus de 650.000 euros.

Du port d'Anvers à l'Afrique subsaharienne

Quatre personnes, âgées de 16 à 30 ans, ont été interpellées les 15 et 16 juillet et mises en examen, indique le parquet de Pontoise. Deux ont été placées en détention et mises en examen pour "vols en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime". Les deux autres ont été placées sous contrôle judiciaire, et mises en examen pour "participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre un crime et recel de bien provenant d'un vol en bande organisée".

Une grande partie de ces SUV ont été chargés dans des camions puis transportés au port d'Anvers. La marchandise a ensuite été placée dans des conteneurs à destination de l'Afrique subsaharienne où elle a été revendue.

F.B. avec AFP