BFMTV

Début du procès de la "Papy connection" pour trafic de drogue à Marseille

Laurent Fiocconi, à gauche, dans une photo datée de 1970, et Ange Buresi, à droite, dans une photo non datée. Tous deux font partie des prévenus au procès de la "Papy connection"

Laurent Fiocconi, à gauche, dans une photo datée de 1970, et Ange Buresi, à droite, dans une photo non datée. Tous deux font partie des prévenus au procès de la "Papy connection" - Patrick Valasseris - AFP

Le procès de la "Papy connection" a débuté ce lundi à Marseille, où 15 personnes, dont des figures "historiques" du banditisme marseillais, sont poursuivies pour avoir voulu importer de la drogue d'Amérique du sud, dans des conteneurs de calamars surgelés ou via des "mules".

L'affaire a été rebaptisée ainsi par certains acteurs du dossier en raison de l'âge moyen des principaux prévenus, autour de 65 ans, et de la présence parmi eux de Laurent Fiocconi, 74 ans, et de Joseph Signoli, 78 ans, passeurs de la French Connection condamnés au début des années 1970.

Parmi les 15 prévenus, dont le plus jeune a 41 ans, figure également Raymond Mihière, 64 ans, surnommé "Le Chinois", une figure du banditisme méridional condamnée à six reprises, notamment pour trafic de stupéfiants. Neuf des prévenus comparaissent libres. Cinq sont détenus, et un, un Espagnol, était absent à l'ouverture des débats.

Le procès a débuté normalement ce lundi malgré la demande formulée par le bâtonnier du barreau de Marseille Fabrice Giletta de le renvoyer: les avocats marseillais, comme nombre de leurs confrères, sont officiellement en grève jusqu'à ce mercredi inclus pour protester contre le projet de réforme de l'aide juridictionnelle. 

la rédaction avec AFP